Nouvelles

Un avocat se bat contre la fumisterie de la communication non verbale

Main image

Delphine Jung

2018-05-09 14:46:00

Cette théorie a déjà fait son entrée en cour. Et pourtant, elle n’est basée sur aucun fait scientifique.

Me Vincent Denault doctorant au département de communication de l’Université de Montréal. Crédit photo : Amélie Philibert, Université de Montréal
Me Vincent Denault doctorant au département de communication de l’Université de Montréal. Crédit photo : Amélie Philibert, Université de Montréal
Me Vincent Denault, Barreau 2008 et doctorant au département de communication de l’Université de Montréal s’intéresse depuis plusieurs années à la communication non verbale lors de procès et à la détection du mensonge. Sa thèse porte d'ailleurs sur la question de savoir comment un juge en arrive à conclure qu’un témoin a menti.

Ce diplômé de l'UQAM a récemment publié un article à ce sujet intitulé "Nonverbal communication in courtrooms: Scientific assessments or modern trials by ordeal?"

Droit-inc s’est entretenu avec Me Denault.

Comment vous est venue l’idée de travailler sur la communication non verbale ?

Quand j’étais à l’université, j’ai fait un stage avec un avocat qui m’a emmené à une conférence sur le non verbal. On présentait ce langage comme un code qu’on pouvait décoder. Puis, j’ai suivi une longue formation à ce sujet, mais je me suis rendu compte que cela n’était basé sur aucune publication scientifique. J’ai donc décidé de faire une maîtrise en droit sur l’impact de la communication non verbale dans les procès.

Quelles sont les fausses théories qui circulent le plus souvent concernant le « décodage » de la communication non verbale ?

Sur internet, vous trouverez une foule d’idée qui n’a pas passé la barre de la révision par les pairs, qui est pourtant une caractéristique centrale en science. Des arguments non fondés peuvent ensuite influencer l’issue d’un procès.

C’est-à-dire ?

Tout le monde, y compris les décideurs, a des croyances et des stéréotypes sur quelqu’un qui se touche le nez d’une certaine façon ou qui bouge sur sa chaise. Ces croyances pourront les amener à douter de la parole d’un témoin par exemple, alors qu’il n’y a pas lieu de se poser la question sur la base de ces éléments non verbaux.

Est-ce déjà arriver que des analyses douteuses de comportements non verbaux ont joué dans la prise de décision de juges durant un procès ?

Il y a certains jugements dans lesquels il est explicitement écrit que le non verbal a joué un rôle important dans le verdict et ces commentaires n’ont souvent aucun fondement scientifique. Les indications non verbales du mensonge sont faibles ou peu fiables. C’est de la science-fiction de croire que le langage non verbal va révéler les mensonges. Cela dit, je ne dis pas non plus que le non verbal n’est pas important dans un procès.

Comment faire pour savoir si un témoin ment alors ?

Il n’y a pas de solution miracle. La détection du mensonge est principalement étudiée durant les interrogatoires policiers et pas en procès. Cela s’explique par les techniques d’entrevues utilisées. Or, elles peuvent très difficilement s’appliquer lors d’un procès, car il y a des procédures très différentes.

On entend souvent que le non verbal est plus important que le verbal…

On ne peut pas associer un pourcentage d’importance à l’un ou l’autre. Cela dépend du contexte, des individus, de sa culture. Dans tous les cas, le non verbal est toujours là : le facial, la gestuel, la manière dont votre bureau est rangé ou pas, le ton de votre voix, les silences, même votre manière de vous habiller, vos chaussures... Le sentiment qu'ont certains n’est basé sur rien alors qu’il pourra jouer sur le fait qu’un accusé soit condamné à la peine perpétuelle ou pas, parfois à la peine de mort, dans certains pays. C’est donc très important de prendre conscience qu’on peut tous avoir des croyances non fondées et qu’elles peuvent avoir un impact sur l’issu d’un procès.

Quelles sont les solutions pour que les décideurs ne se fient pas trop aux préjugés ?

Les préjugés et les biais ne peuvent pas être éliminés, mais on peut les mitiger en s’informant sur ce que la science documente. On n’a pas besoin de suivre des formations sur le sujet, la science est accessible sur internet. Comprendre le principe de révision des pairs est une protection intellectuelle contre le charlatanisme.
9525

7 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Bravo !
    Les fumisteries de ce genre foisonnent, et il est plus que temps qu'on commence à s'y attaquer.

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Un parfait exemple de cette fumisterie
    J'ai souffert de rhinite chronique (allergies respiratoires, poussières, pollen...)à l'année longue pendant 25 ans ce qui fait que je pouvais me frotter le nez car il me chatouillait probablement 50 fois par jour. Il m'est arrivé bien sûr d'avoir des épisodes ou j'éternuais beaucoup donc je me retrouvais avec les bords du nez rouge ou on aurait pu facilement supposer que j'étais à ces moments un cocainomane. Attention donc à ces charlatans vendeurs de bric-à-brac.

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Un parfait exemple
    J'ai souffert de rhinite chronique (allergies respiratoires, poussières, pollen...)à l'année longue pendant 25 ans ce qui fait que je pouvais me frotter le nez car il me chatouillait probablement 50 fois par jour. Il m'est arrivé bien sûr d'avoir des épisodes ou j'éternuais beaucoup donc je me retrouvais avec les bords du nez rouge ou on aurait pu facilement supposer que j'étais à ces moments un cocainomane. Attention donc à ces charlatans vendeurs de bric-à-brac.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 6 ans
      à celui qui a souffert de rhinites chronique
      Comment vous en êtes vous débarassé ?

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    d'accord
    Les "experts" en ce domaine profitent des films et émissions de télé qui les démontrent comme étant des être pourvus de savoir profond. IL n'y a rien d'absolu en la matière

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Pure Fumisterie
    Je trouve aberrant cette "pseudo-science" et le fait que des cours du Barreau sur la detection du mensonge par des reactions stereotypees de temoins soient acceptees. Ca releve de la fumisterie. C'est comme si on se fiait aux horoscopes dans les journaux.

    Je suis fille de diplomate, j'ai grandi sur 4 continents, je parle 5 langues, ai frequente 18 ecoles de la pre-maternelle a la fin de mes etudes universitaires. Cette facon de categoriser les gens par "type de reaction" m'horrifie. Les reactions, la facon de demontrer (ou de cacher) ses emotions, et ce qui est approprie comme reaction a une situation varie par culture et aussi, en plus de l'endroit ou l'on vit il faut tenir compte de differents niveaux/facteurs: classe sociale, endroit geographique, culture religieuse, et meme au niveau individuel (car nous avons tous des facons de reagir a un evenement qui sont propres a chaque individu).

  6. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Et la part culturelle ou raciale dans tout ceci?
    Une fois, j'ai eu quelqu'un qui m'a dit que lorsqu'une femme était intéressée par un homme, elle se passait souvent la main dans les cheveux. Je lui ai répondu que sa théorie ne marcherait pas avec une femme noire aux cheveux naturels ou qui a des nattes.

    Pour beaucoup d'occidentaux, l'africain ou l'asiatique qui vous parle sans vous regarder droit dans les yeux ou qui a le regard fuyant, est soit en train de mentir ou manque de confiance en soi. Or, dans ces cultures, regarder quelqu'un droit dans les yeux est une marque de défiance.

    Et tu vas avoir une bande de fumistes qui vont essayer de te faire croire que leurs conclusions sont universelles car ils ne les ont testées que sur quelques personnes qui viennent de la même culture qu'eux et qui représentent quel pourcentag déjà de la population mondiale?

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires