Portrait

Un ex-ministre et avocat chez GardaWorld!

Main image

Julien Vailles

2016-07-26 15:00:00

Politicien pendant dix ans, dont huit en tant que ministre, cet ancien avocat travaille aujourd'hui comme vice-président chez GardaWorld. Droit-inc l'a rencontré...

Me Christian Paradis travaille aujourd'hui comme VP chez GardaWorld
Me Christian Paradis travaille aujourd'hui comme VP chez GardaWorld
C'est en mai 2005 que Me Christian Paradis a annoncé qu'il se lançait en politique. En remportant l'investiture de Mégantic-L'Érable sous les couleurs du Parti conservateur du Canada, grand bouleversement : il quittait ainsi la pratique privée au cabinet Paradis Dionne où il œuvrait depuis huit ans en matière corporative et en litige, et il démissionnait de la Chambre de commerce de l'amiante qu'il présidait depuis 2004.

« J'ai plaidé mon dernier procès en campagne électorale. C'était une histoire de chasse, et j'avais dû me rendre jusqu'à Ville-Marie en Témiscamingue! », se souvient-il. En effet, le 23 janvier suivant, il était élu.

Presque exactement dix ans plus tard, il décidait de se retirer, après avoir été réélu deux fois, en 2008 et en 2011. Dans l'intervalle, il a été secrétaire parlementaire, secrétaire d'État à l'agriculture, ministre des travaux publics et services gouvernementaux, ministre responsable de la région de Montréal avant de devenir lieutenant du Québec, ministre de l'industrie et d'État à l'agriculture, ministre des ressources naturelles, ministre du Développement international et ministre de la Francophonie.

Fin 2015, il est approché par Stéphan Crétier, PDG de GardaWorld, et accepte son offre de se joindre à la firme de sécurité privée comme vice-président principal au développement stratégique des services de protection.

La tragédie de Lac-Mégantic

Me Paradis admet d'emblée que sa formation en droit a été capitale pendant sa carrière politique
Me Paradis admet d'emblée que sa formation en droit a été capitale pendant sa carrière politique
Ce qui s'est passé le 6 juillet 2013 a été l'événement le plus difficile de toute sa carrière, admet-il. La veille de l'accident, il dînait justement au Musi-Café de la ville. Quelques heures plus tard, l'établissement était entièrement ravagé par les flammes.

Comme député de la circonscription, Me Paradis avait été dépêché sur place le matin suivant, sans savoir ce qui se passait et sans savoir quoi faire. Il avait cru pouvoir quitter au dîner; il est finalement resté jusqu'à la fin de l'été.

« C'était un baptême de feu, relate-t-il. J’ai vu toutes sortes d’horreurs à travers le monde après cela, et l'événement de Lac-Mégantic m'y avait vraiment préparé. »

La politique et le droit

Sans détour, Me Paradis admet d'emblée que sa formation en droit a été capitale pendant sa carrière politique. Formé à l'Université de Sherbrooke, Barreau 1997 et titulaire d'un diplôme d'études supérieures en droit de l'entreprise, il tisse d'ailleurs de nombreux parallèles entre les deux disciplines.

Ainsi, la « confrérie » qui lie les avocats existe aussi en politique, surtout chez les politiciens qui ont d'abord été juristes. Des avocats qui se confrontent en cour parviennent à entretenir des rapports cordiaux à l'extérieur de leurs activités professionnelles, et la même chose est possible chez les politiciens d'allégeances différentes. « Comme entre avocats, le confrère en face n'est pas un ennemi en dehors du Parlement. On arrive à se parler de manière courtoise, et c'est là un bel héritage du droit! » se remémore-t-il.

Quand venait le temps de travailler sur d'importants contrats publics, notamment au ministère des travaux publics et services gouvernementaux et au ministère des ressources naturelles, son expérience en droit corporatif et commercial était également très utile.

Son mandat chez GardaWorld

Chez GardaWorld, Me Paradis effectue un mandat de « transformation »
Chez GardaWorld, Me Paradis effectue un mandat de « transformation »
Chez GardaWorld, Me Paradis effectue un mandat de « transformation », en quelque sorte. Son rôle sera de mettre de l'avant ce qu'on appelle dans le milieu les « services auxiliaires ». Il s'agit des services normalement dévolus aux agents de la paix, mais qui peuvent être légalement délégués aux agences de sécurité privée. On pense notamment au transfert des détenus et à la réponse aux appels non urgents.

Il est donc question d'optimiser les ressources afin que les policiers puissent se consacrer à des tâches plus essentielles et exclusives. C'est d'ailleurs là la philosophie de Me Paradis : il voit le privé non pas comme un remplacement du public, mais bien comme un complément qui permet d'alléger la tâche de ce dernier.

Pour l'instant, l'ancien politicien est dans une phase d'apprentissage et d'analyse. Son rôle de persuasion viendra bientôt. Mise à part cette occupation, il donne occasionnellement des conférences à différents endroits du globe.

Envisage-t-il un retour en politique? « Pas pour l'instant! répond le principal intéressé. Je suis encore relativement jeune, et à mon âge, je suis déjà privilégié. Après une décennie comme avocat et une comme politicien, j'aimerais en faire une autre dans le monde des affaires. Mais pour la suite, rien n'est exclut ! », conclut-il.
9496

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires