Nouvelles

Un cheval maltraité réclame 100 000 $ à son ex-propriétaire!

Main image

Céline Gobert

2018-08-16 13:00:00

Laissé sous-alimenté, plein de poux et de croûtes, le bien nommé Justice veut obtenir compensation…

Un cheval maltraité réclame 100 000 $ à son ex-propriétaire!
Un cheval maltraité réclame 100 000 $ à son ex-propriétaire!
Blague à part, des avocats américains tentent une nouvelle fois de faire reconnaître un animal comme un plaignant - et une personne légale - à part entière, rapporte le site Slate.

D’ailleurs, si les juges autorisaient le procès du cheval Justice, ce sont des millions d’animaux maltraités qui pourraient se retourner contre leurs anciens propriétaires…

Imaginez : les animaux des zoos, les animaux domestiques, les animaux de laboratoire ou encore le bétail pourraient intenter des procès pour maltraitance.

Selon le professeur de droit Richard L. Cupp, interrogé par le Washington Post, passer une loi qui obligerait les personnes maltraitantes à payer les soins futurs des animaux victimes serait une solution quand même plus raisonnable.

Une plainte au nom du cheval

Justice, âgé de huit ans, a quant à lui été retrouvé dans un piteux état. À tel point que ses parties génitales pourraient être amputées…

C’est dans ce contexte que les avocats de l’association «Animal Legal Defense Fund» ont décidé de porter plainte… à son nom.

Au total, ils réclament 100 000 dollars à l’ancienne propriétaire du cheval dans une plainte déposée en Oregon. Ce montant inclut le paiement des soins vétérinaires ainsi que la souffrance subie par l’animal.

Pas la première fois

Ce n’est pas la première fois que des juristes font une telle tentative.
En 2012, des juges ont ainsi rejeté une plainte déposée par l'association PETA au nom de cinq orcs du parc aquatique SeaWorld, rappelle Slate. Selon les avocats, leur captivité violait le treizième amendement de la Constitution sur l'interdiction de l'esclavage.

Plus tôt cette année, la justice a également statué : un singe qui prend un selfie ne peut pas prétendre à des droits d'auteur.

Quelle sera la suite?
3335

4 commentaires

  1. DSG
    Dangerous precedent
    This case may create a dangerous precedent. If barnyard animals can sue for neglect and mistreatment, I have a couple of ex-girlfriends who will surely come after me.

    • JB
      The other way around
      Can I sue the couple of pigs I've had in my life in my younger days? :)

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 5 ans
      Et le prix de la viande industrielle risque d'augmenter
      Seul l'abattage rituel pourra survivre, au nom de la célébration de la diversité.

      Moishe et Mohammed sont donc sauvés, alors que Mario devra aller s'inscrire au chômage.

  2. Volander
    Volander
    il y a 5 ans
    La cinglée doit payer...
    Gwendolyn Vercher, 41 ans, de Cornelius, Oregon, l'ancienne propriétaire du cheval *Shadow* (son ancien nom) mériterait d'être mise au pilori et que chaque citoyen qui le voudrait ait le droit de lui administrer des coups de pieds au cul ! Çà serait déjà çà de pris!

    Il faut bien que quelqu'un paye $$ pour les soins donnés au cheval maintenant nommé *Justice*, soins qu'il devra recevoir pour le reste de sa vie. Ce n'est pas à son nouveau propriétaire de payer ces factures mais bien Gwendolyn Vercher, la cinglée, à payer pour ce qu'elle a fait subir à ce pauvre cheval.

    «Justice will need special medical attention for the rest of his life, but now lives in a horse rescue in Troutdale - with Kim Mosiman - after he was rescued from Vercher in March 2017. »

    http://www.dailymail.co.uk/news/article-5688975/Horse-sues-former-owner-100-000-severe-negligence.html

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires