Portrait

Elle rebondit après avoir raté son Barreau!

Main image

Delphine Jung

2019-02-22 15:00:00

Une juriste ne s’est pas laissé abattre après avoir coulé son Barreau. Au contraire, elle a décidé de miser sur son bac en droit. Portrait d’une battante!

Mme D’Assylvas et sa famille.
Mme D’Assylvas et sa famille.
Elle ne porte pas le titre de maître, ni la toge, mais Amélie d’Assylvas n’en a que faire. Cela lui a pris du temps d’accepter son échec et de pouvoir en parler, mais aujourd’hui, elle a décidé d’en faire une force.

La juriste de 39 ans, originaire de Saint-Hyacinthe, propose depuis peu ses services aux avocats et aux cabinets « un peu débordés », en tant que parajuriste.

« Les besoins sont de plus en plus importants et même si je n’ai pas mon Barreau, j’ai quand même suivi les cours. Je mise sur mon bac en droit obtenu à l’Université de Sherbrooke, c’est un peu ma carte de visite », explique-t-elle.

Pour Mme D’Assylvas, les gens ne doivent pas se résumer à un diplôme. D’autant que le sien, elle l’a manqué pour une erreur de calcul. « J’avais compris le raisonnement. Je le comprends toujours. Je me suis juste trompée dans les chiffres à utiliser. Ne pas avoir le Barreau ne fait pas de moi une moins bonne professionnelle du droit », dit-elle.

De cette expérience, elle en a longtemps gardé une profonde tristesse. Aujourd’hui, elle avoue que lorsqu’elle y pense, un sentiment d’amertume l’envahit encore. « Je ne sais pas si c’est quelque chose qui se digère. J’étais assez ébranlée, surtout quand c’est ton rêve qui tombe à l’eau. Mais j’essaye de me dire qu’il n’y a rien qui arrive pour rien, que c’était peut-être mieux ainsi », philosophe-t-elle.

Rebondir malgré tout

La juriste de 39 ans et sa joyeuse famille.
La juriste de 39 ans et sa joyeuse famille.
Il faut dire que la juriste croit dans le destin. C’est d’ailleurs ça qui l’a poussée à franchir la porte de l’Université de Sherbrooke pour y faire son bac en droit.

Depuis ses 14 ans, bercée par la série « Les grands procès », Mme D’Assylvas se voyait avocate, mais opte d’abord pour des études en éducation spécialisée.

Finalement, elle se dirige vers un diplôme de technique juridique. C’est là que l’un de ses professeurs lui conseille vivement de pousser et de s’inscrire à un bac en droit.

« C’était une évidence. J’avais le désir d’aider les autres, de ressentir ce sentiment de justice et de du devoir accompli », raconte-t-elle.

Mais avec une enfant en bas âge, elle ne se voyait pas faire la route jusqu’à Montréal. Alors, elle ne postule qu’à Sherbrooke. « Je me suis dit que si j’étais acceptée, c’est que les étoiles étaient alignées », se souvient-elle.

À ce moment-là, les étoiles sont tellement alignées, qu’elle tombe enceinte une deuxième fois. Et cette fois-ci, ce sont des jumelles.

« Je terminais ma session en allaitant… Mais je suis allée jusqu’au bout », dit-elle. À l’École du Barreau là encore, Mme D’Assylvas tombe enceinte. Ce sera une quatrième fille !

Difficile de suivre des cours alors qu’il faut s’occuper de quatre enfants en bas âge. « C’était impossible pour moi d’ouvrir un livre après 20h alors que j’étais levée depuis 5h du matin… Mais je suis quelqu’un de très organisé, alors je m’en suis sortie », explique-t-elle.

Amélie d’Assylvas, aujourd'hui juriste.
Amélie d’Assylvas, aujourd'hui juriste.
Avec le recul, Mme D’Assylvas explique la gorge encore nouée qu’elle voulait avant tout « montrer à sa fille que lorsqu’on a un rêve en tête, il n’y a pas de bon ou de mauvais moment pour le réaliser, ni même d’âge ».

Et même si ses quatre enfants ne lui ont certainement pas facilité la tâche, elle ne regrette pas. « J’ai toujours voulu avoir 4 enfants », assure-t-elle.

Depuis, elle cherche plutôt à se faire une place en tant que parajuriste et n’hésite pas à toquer aux portes pour proposer ses services. « Je suis dans un groupe Facebook, je prends le téléphone et je passe des coups de fil, parfois c’est du bouche-à-oreille, mais c’est sûr que ce n’est pas facile », raconte la juriste.

Quant à savoir si le fait d’avoir raté son Barreau est un handicap pour ses plans de carrière, Mme D’Assylvas n’y croit pas. « Je fais le pari de jouer la transparence et de le dire, mais je pense que j’ai acquis beaucoup de connaissances dans le droit. La vie continue. »

Et puis finalement, être à son compte lui donne la possibilité de s’organiser comme bon lui semble pour s’occuper de ses 4 filles.

Pourquoi pas retenter le Barreau plus tard ? « Ce n’est pas dans mes plans… Même si j’ai un peu le sentiment que la boucle n’est pas bouclée, j’ai laissé ça sur la glace et j’ai juste envie de me laisser surprendre par la vie ».
22734

11 commentaires

  1. YB
    So
    So what? In the end, she still failed

    • John McClane
      John McClane
      il y a 5 ans
      tough guy
      Comment left on ''Vendredi 22 février 2019 à 23:48:16'' sur droit-inc.com.

      lol pauvre toi man.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 5 ans
      Merci John McClane
      J'ai ri à voix haute!

    • CK
      disgusted
      It's difficult to truly describe an individual like you without descending into vulgarity and profanity. But you most certainly deserve it. Then again, you probably already know what garbage you are.

  2. DSG
    What's the point?
    YP is correct. Are we supposed to feel inspired by this? Why didn't she just try again? She spent three years in law school to end up a secretary, so what? Maybe she should have spent more time studying rather than..., well you know, 4 kids.

    • John McClane
      John McClane
      il y a 5 ans
      So what?
      C’est pas parce qu’une histoire ne t’inspire pas que t’es obligé de descendre une personne publiquement derriere ton clavier d’ordinateur en pensant que (1) t’es drole ou (2) t’es un être superieur.

      En meme temps je comprends votre frustration. Elle a 4 kids, pendant ce temps la vous etes toujours stick aux kleenex

    • BJ
      Not the same
      Not a secretary, a paralegal!

    • DSG
      Ben voyons donc
      C'est tellement dérapé ton commentaire.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 5 ans
      Waouh!
      Il n'y a rien de drôle dans la condescendance. Honte à vous!

  3. Ellabee
    Ellabee
    il y a 5 ans
    Commentaires inappropriés et autres sujets
    À YB et DSG,

    Ça fait plusieurs fois que je vois de vos commentaires inappropriés et déplacés sur le site de Droit-inc. mais c'est la première fois que je me permets d'écrire ... eh oui elle a échoué son Barreau mais elle a su se relever et faire quelque chose de sa formation universitaire et vous savez quoi être parajuriste ce n'est pas être un individu de seconde classe mais c'est un métier que j'adore et que j'exerce depuis plus de 20 ans et fièrement à part ça.
    A voir votre façon de vous exprimer et le besoin de descendre une personne que vous ne connaissez pas et dont vous n'avez aucune idée de son parcours, j'en conclue que vous avez probablement manqué votre cours respect 101 à plusieurs reprises mais surtout que votre vie doit être cruellement vide de sens pour n'avoir rien d'autre à faire que de jeter votre venin verbal sur des gens qui ont le courage d'élever des enfants avec des VALEURS, du RESPECT mais surtout en étant un modèle de persévérance pour les siens. 1000 X Bravo Mme D'Assylvas et gardez la tête haute; vous avez tout mon respect et j'en suis sûre, celui de vos collègues parajuristes.

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a 3 ans
    Vous ne pouvez pas toujours vous cacher
    derrière l'humour.

    Votre commentaire était puant d'arrogante petitesse d'esprit. En l'écrivant, vous vous êtes peut-être senti supérieur car votre plus grande réussite est votre titre d'avocat. Et alors? Ça ne change rien au fait que le sang dans vos veines reste rouge (j'essaie de vous éviter la pensée scatologique que je vous destinais) et que votre commentaire inutile est immonde.
    Ça faisait vraiment du bien de ne plus vous lire.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires