Nouvelles

700 millions $ pour Transat : les avocats sont...

Main image

Gabriel Poirier

2021-05-12 10:15:00

Un cabinet a représenté une société d’État fédérale dans le cadre d’une grosse transaction avec une compagnie aérienne bien connue des Québécois…

Mes Howard Silverman, Frank Callaghan, Christine Mason, Philippe Tardif, Andrew Hodhod, Tyler McNaughton, Charlotte Chien, Chanel Sterie et Krstina Skocic. Photos : Site web de BLG, de Transat et de la CFUEC
Mes Howard Silverman, Frank Callaghan, Christine Mason, Philippe Tardif, Andrew Hodhod, Tyler McNaughton, Charlotte Chien, Chanel Sterie et Krstina Skocic. Photos : Site web de BLG, de Transat et de la CFUEC
La Corporation de financement d’urgence d’entreprises du Canada (CFUEC) confirmait le 29 avril dernier l’octroi d’un soutien financier de 700 millions de dollars à la compagnie aérienne Air Transat.

La société d’État fédérale, constituée en mai 2020, versera à Air Transat un financement par emprunt dans le cadre de son programme de Crédit d’urgence pour les grands employeurs, rapporte le site Global Legal Chronicle.

Transat s’est engagée, en contrepartie, à rembourser toutes les annulations causées par la pandémie aux clients admissibles, en plus de maintenir des emplois actifs au Québec et au Canada.

Dans le cadre de cette transaction, la CFUEC était représentée par le cabinet BLG avec une équipe composée de Mes Howard Silverman, Frank Callaghan, Christine Mason, Philippe Tardif, Andrew Hodhod, Tyler McNaughton, Charlotte Chien, Chanel Sterie et Krstina Skocic.

Les prêts octroyés en vertu du Crédit d’urgence pour les grands employeurs visent à offrir un financement provisoire à des entreprises affectées par le ralentissement actuel de l’économie.
3543

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires