Nouvelles

Simon Jolin-Barrette et Stéphanie Vallée : plaidoyer pour la collaboration

Main image

Gabriel Poirier

2022-03-29 13:15:00

Retour sur la soirée-bénéfice organisée par la Fondation du Barreau, hier soir, à l’Hôtel Omni de Montréal…

Marie Grégoire, Simon Jolin-Barrette et Stéphanie Vallée. Source: Sylvain Légaré
Marie Grégoire, Simon Jolin-Barrette et Stéphanie Vallée. Source: Sylvain Légaré
60 000 $. C’est la somme que la Fondation du Barreau a récoltée à l’occasion de son traditionnel souper-bénéfice, entre une poitrine de poulet farcie à la compote de figues séchées et des raviolis géants à la tomate.

L’organisme compte financer, avec ces fonds, des initiatives en droit de l’enfance et de la jeunesse.

L’événement a été ponctué par un échange léger entre deux ministres de la Justice, Simon Jolin-Barrette et Stéphanie Vallée, qui a occupé cette fonction dans le gouvernement de Philippe Couillard, entre 2014 et 2018.

« Mon père, qui occupait le poste du ministre Jolin-Barrette, était en fonction au moment où la Loi sur la protection de la jeunesse a été adoptée. C’est donc avec un petit biais personnel que nous sommes très contents de nous associer, ce soir, à cet événement », a pour sa part rappelé, Éric Bédard, l’associé directeur de Fasken au Québec. Son cabinet était le partenaire-présentateur de l’événement.

Son père, Marc-André Bédard, a été ministre de la Justice sous René Lévesque. Il est le frère de Stéphane Bédard, président du Conseil du trésor sous Pauline Marois.

Un échange bon enfant

Exit les enjeux sociaux et politiques : l’échange entre Mes Jolin-Barrette et Vallée, qui a été animé par la présidente-directrice générale de la BANQ, Marie Grégoire, s’est déroulé sous le signe de la légèreté.

Éric Bédard. Source: Sylvain Légaré
Éric Bédard. Source: Sylvain Légaré
Les deux anciens adversaires du Salon bleu ont discuté de leur enfance, de leur parcours en droit et en politique, ainsi que d’enjeux comme la parentalité et le rapport aux médias, aux réseaux sociaux et à la notoriété.

« C’est un peu l’un des éléments qui nous rassemble, aujourd’hui, et qui ne fait jamais la manchette : la collaboration entre les formations politiques », a rappelé à quelques reprises Mme Grégoire, qui a été député de la circonscription Berthier sous la bannière de l’Action démocratique du Québec, entre 2002 et 2003.

Me Vallée a cité, parmi les réalisations dont elle est la plus fière, les « réformes apportées à la Charte et au Code civil » pour permettre aux enfants transgenres de changer de sexe sur leur acte de naissance sans subir au préalable de traitements médicaux. Le ministre Jolin-Barrette a pour sa part évoqué le projet de loi 113 sur les adoptions.

« J’ai aimé travailler sur ce projet avec Stéphanie. Ça faisait longtemps que c’était réclamé. Ce fut aussi un dossier extrêmement touchant, notamment en raison du Mouvement Retrouvailles. Ce dossier est une belle illustration de l’évolution de la société. »

À noter que Simon Jolin-Barrette a présenté en octobre dernier le projet de loi 2, qui proposait d’obliger les personnes trans à subir une opération pour pouvoir changer de sexe sur leur acte de naissance. Il a promis de retirer cette obligation, une semaine plus tard, face au tollé suscité par sa proposition.

Simon Jolin-Barrette. Source: Sylvain Légaré
Simon Jolin-Barrette. Source: Sylvain Légaré
Invités d’honneur

L’événement a réuni certains des membres les plus en vue de la communauté juridique, à commencer par de nombreux invités d’honneur.

Outre les intervenants cités plus haut, il convient de mentionner quelques représentants de la magistrature, comme le juge en chef de la Cour supérieure, Jacques R. Fournier, la juge en chef de la Cour du Québec, Lucie Rondeau, le juge en chef adjoint de la Cour du Québec – Chambre de la jeunesse, Robert Proulx, ainsi que les doyens des Facultés de droit : Louis Marquis, de l’Université de Sherbrooke, France Houle, de l’Université de Montréal, Robert Leckey, de l’Université McGill, et Marie-Eve Sylvestre, de l’Université d’Ottawa.

La bâtonnière du Québec, Catherine Claveau, le bâtonnier de Montréal, Extra Junior Laguerre, et la bâtonnière de Québec, Caroline Gagnon, étaient aussi présents.

Pour le droit de l’enfance et de la jeunesse

Avec les fonds privés récoltés, qui s’élèvent à plus de 60 000 $, la Fondation du Barreau estime qu’elle pourra financer ses actions en droit de l’enfance et de la jeunesse, répartis en quatre volets : éducation, innovation et recherche, accompagnement judiciaire et soutien aux études.

La fondation pourra ainsi soutenir financièrement, dans le courant des trois prochaines années, des jeunes de la DPJ de moins de 25 ans qui désirent étudier en droit. L’organisme se propose de les aider à financer leurs études, qu’ils étudient en technique juridique, au baccalauréat ou encore à la maîtrise via son programme ''Transition vers une vie autonome'' en partenariat avec la Fondation des jeunes de la DPJ.

La Fondation compte aussi financer un « nouveau guide pratique » en droit de la jeunesse pour aider les parents qui ne sont pas représentés devant les instances judiciaires. Ce guide sera publié dans la collation ''Seul devant la cour'', en partenariat avec Éducaloi.

La Fondation créera enfin, avec les fonds récoltés, de courtes vidéos thématiques de vulgarisation juridique à l’intention des adolescents et de leurs parents.

''Bataille judiciaire'' de Francesca Trop. Source: Sylvain Légaré
''Bataille judiciaire'' de Francesca Trop. Source: Sylvain Légaré
Encan silencieux

La soirée-bénéfice de la Fondation du Barreau s’est déroulée sous fond d’un encan silencieux, qui réunissait divers articles, dont un chandail des Canadiens signé par le joueur natif de Toronto, Jake Evans.

Le coup de cœur de la rédaction ? Une toile de l’artiste peintre Francesca Trop, l’ex-avocate qui peint les grands procès.

Avec l’acrylique sur toile intitulée ''Bataille judiciaire'', Mme Trop a tenu à ajouter une touche d’humour à sa série sur le monde juridique.

« C’est un clin d'œil à tous les juristes qui prennent un réel plaisir à livrer bataille à leurs collègues, sans que leurs liens de camaraderie en soient pour autant affectés », assure-t-elle.

À noter que l’événement était commandité par Fasken, SOQUIJ, Dentons, le CAIJ, Lussier Dale Parizeau et Devichy Avocats.

Droit-inc a été invité au souper-bénéfice par la Fondation du Barreau.
4441

2 commentaires

  1. Avovatdudiable
    Avovatdudiable
    il y a un an
    Ainsi, dorénanamt
    C'est cool d'apprendre que, dorénavant, M. Jolim-Barrette, ne nommera, lui aussi, que des non hommes, queer ou assimilable ainsi que des Innus lesbiennes unijambistes dans le même esprit que le Parti Liberal. Merci de nous en informer !!!!!

    • AC
      Are you ok?
      If you are having a stroke, please seek medical attention.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires