Nouvelles

Comment se restructurer à 900$ de l’heure…

Main image

Jean-francois Parent

2022-05-04 15:00:00

Nouvelles
Combien coûte une restructuration d’entreprise? Cher. Très cher. Plus de 1 000 dollars l’heure lorsqu’on fait appel à un grand cabinet pan-canadien…

Me Elizabeth Pilon et Me Asheley Taylor. Source: stikeman.com
Me Elizabeth Pilon et Me Asheley Taylor. Source: stikeman.com
C’est du moins ce qu’on peut lire dans le mémoire de frais déposé en cour supérieure de l’Ontario par les avocats de Stikeman Elliott, qui représentent E&Y dans le dossier de la restructuration de l’Université Laurentienne, à Sudbury.

L’université, croulant sous des dettes de quelque 321 millions de dollars, s’est placée l’an dernier sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. Menée de février à décembre 2021, l’importante restructuration financière menée par E&Y vient d’être facturée par le cabinet comptable et ses avocats.

Les aspects juridiques du dossier ont été menés par les associés torontois de Stikeman Ashley Taylor et Elizabeth Pilon, deux figures de proue de la restructuration et de l’insolvabilité au pays, selon ''Chambers''.

Le mémoire de frais sur lequel la Cour supérieure de l’Ontario devra se prononcer le 11 mai prochain totalise des frais de 9,9 millions de dollars. De cette somme, environ le tiers porte sur les heures facturées par Stikeman et sont réclamées à l’Université Laurentienne.

Stikeman facture en moyenne 900 dollars l’heure pour les 3 000 heures passées à s’occuper de la restructuration de l’université, pour un total de 2,8 millions. Cependant, les deux avocats qui ont facturé 70 % des heures, les associés Elizabeth Pilon et Ashley Taylor, exigent un taux horaire de 1 125 dollars.

Ce sont des frais « raisonnables », et comparables à ceux exigés par la concurrence, indique le document.

 Source: Ernst & Young, Motion Record,  29 avril 2022.
Source: Ernst & Young, Motion Record, 29 avril 2022.


Ashley Taylor, principal responsable des aspects juridiques du dossier pour le compte de E&Y, a ainsi passé plus de 1 100 heures sur la restructuration, pour lesquelles il a empoché 1,3 million de dollars.

Quant à Elisabeth Pilon, qui dirige le groupe sur l’insolvabilité de Stikeman à Toronto, elle facturait également 1 125 dollars l’heure. Les 621 heures passées sur le dossier lui ont rapporté 700 000 dollars.

Une autre associée de Stikeman, Maria Konyukhova, qui n’a consacré que 142 heures au dossier, réclame pour sa part 950 dollars l’heure. Six autres avocats du cabinet facturent pour leur part un taux horaire allant de 500 à 695 dollars. Les deux stagiaires affectés au dossier coûtent quant à eux 365 dollars l’heure, et totalisent à eux deux un peu plus de 20 000 dollars d’honoraires.

En comparaison, l’associée de E&Y responsable du dossier, Sharon Hamilton, a facturé 875 $ l’heure pour les quelque 2 100 heures passées sur la restructuration de l’Université Laurentienne. La spécialiste de l’insolvabilité a ainsi empoché 1,87 million de dollars pour son travail.

Les associés et directeurs de E&Y facturent de 400 à 725 dollars l’heure pour leur travail. Quant aux employés senior affectés au dossier, leur taux horaire s’établit à 200 dollars l’heure, apprend-on du mémoire déposé la semaine dernière.

Dans le document déposé en cour, E&Y soutient que son travail à permis des économies de quelque 40 millions de dollars à l’Université Laurentienne.

Radio-Canada citait en outre un courriel envoyé par l’université affirmant que ces « dépenses sont largement compensées par les économies réalisées » par la restructuration.

Huit cabinets sur le coup!

Pas moins de huit cabinets représentent les diverses parties de l’Université Laurentienne dans ce dossier. Il y a quatre pour la seule université, soit THORNTON GROUT FINNIGAN, HICKS MORLEY, DAVIES WARD PHILLIPS & VINEBERG et GOLDBLATT PARTNERS tandis que LENCZNER SLAGHT ROYCE SMITH GRIFFIN représente son conseil des gouverneurs, RYDER WRIGHT BLAIR & HOLMES l’association facultaire, et WRIGHT HENRY le syndicat des employés de l’université.

À cela s’ajoutent les cabinets représentants les créanciers de l’université et diverses parties au dossier, parmi lesquels on retrouve FASKEN, CHAITONS, BLAKES, MCMILLAN, DENTONS, BORDEN LADNER GERVAIS, CASSELS BROCK, NORTON ROSE FULBRIGHT, GOODMANS, pour ne nommer que ceux-là.

La liste des cabinets parties à la restructuration fait une vingtaine de pages dans l’Avis de motion déposée par E&Y le 29 avril dernier.
6286

6 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 2 ans
    Former SE!
    Not surprising! and i wonder how many actual hours they worked on this...

  2. So
    So
    It'd a fair price per hour. Don't know why socialist are discussing

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a 2 ans
    If all these moral bodies keep hiring these firms
    I guess they must find they're at the right price... There are cheaper alternatives out there, I am sure they looked into it and still decided to go with E&Y. So I don't quite see a problem.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 2 ans
      That's the problem
      People involved in the process not seeing the problem is the biggest part of the problem. Keep in mind that this is an insolvency situation so all professionnals fees are paid off the top, leaving less money available for distribution to the creditors who are the only ones taking the loss. The people who agree to pay such outrageous fees are not the ones who actually paid them out of their own money. That is the problem that I see here.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 2 ans
      N'importe quoi
      Ça me semble évident que le comité des créanciers a approuvé ces tarifs. Quelqu'un qui pratique en insolvabilité pourrait confirmer ?

  4. LLP
    Cynisme
    "Dans le document déposé en cour, E&Y soutient que son travail à permis des économies de quelque 40 millions de dollars à l’Université Laurentienne."

    Ah ben oui, ça devient tout d'un coup correct de surfacturer.

    Après ça on se demande pourquoi les gens n'aiment pas les avocats et bien, c'est parce qu'il y en a qui n'ont aucune notion de ce qu'est la valeur juste de leurs actes et font juste presser l'orange quand ils voient une proie riche et molle, qui ne va rien questionner et brûler de l'argent aveuglement. (notez que je suis aussi Avocat).

    "L’avocat évite toutes les méthodes et attitudes susceptibles de donner à sa profession un caractère de lucre, soit le fait de rechercher un gain avec avidité ou cupidité ou d’utiliser de manière abusive son statut d’avocat dans le but de s’enrichir."

    L'article du Code de déontologie des Avocats le moins respecté de l'univers....

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires