Nouvelles

L’auberge espagnole du droit

Main image

Camille Dufétel

2023-04-14 15:00:00

Un cabinet d’avocats voit le jour à Montréal, et mise sur l’international. Ses avocats y sont de différentes origines et parlent des langues variées. Qui l’a mis sur pied ?

Me Marie-Josée Talbot et Me Cong Lin Wang. Source: T&W Avocats
Me Marie-Josée Talbot et Me Cong Lin Wang. Source: T&W Avocats
Me Marie-Josée Talbot et Me Cong Lin Wang ont ouvert, fin mars 2023, un nouveau cabinet montréalais.

Baptisé T&W Avocats, pour Talbot & Wang, celui-ci se spécialise en droit familial, en vices cachés, en droit civil... et dans d’autres domaines comme la médiation, le droit criminel ou corporatif, selon les expertises de chaque avocat.

Toutes deux se sont en effet entourées de sept collaborateurs externes travaillant en grande partie à l’international.

Elles mettaient au point le concept de ce cabinet, consistant à offrir des services de qualité à des prix abordables aux clients dans leur langue, depuis l’automne dernier. C’est Me Wang qui a eu l’idée de le fonder.

« Me Talbot était mon mentor au début de ma pratique, précise la Barreau 2020. J’ai toujours gardé une bonne relation avec elle et, travaillant en pratique privée, on s’est dit que ce serait une bonne idée de mettre nos forces ensemble. » Me Wang aime beaucoup plaider tandis que Me Talbot aime plus particulièrement s’atteler à la procédure.

« En même temps, je parle mandarin et cantonais, donc Me Talbot a vu cela comme un atout pour la clientèle », pointe-t-elle. Toutes deux se sont ainsi lancées et ont créé dans la foulée leur site Internet, tout en contactant d’autres avocats indépendants.

Me Ewelina Piwowar et Me Héloïse Kawaishi. Source: T&W Avocats
Me Ewelina Piwowar et Me Héloïse Kawaishi. Source: T&W Avocats
Un cabinet ouvert au monde

Si Romain Duris ne fait pas partie du casting du cabinet, T&W fait penser à « L’Auberge espagnole » de Cédric Klapisch... Il réunit non pas des étudiants internationaux, mais des avocats d’origines diverses, prêts à conseiller différentes communautés de clients.

La collaboratrice externe Me Ewelina Piwowar, par exemple, est née en Pologne. Elle est diplômée en droit en Pologne, mais aussi à l’Université de Montréal.

Celle qui concentre sa pratique en droit civil et se dit passionnée par les matières attachées au droit familial et par l’aspect social de la profession, parle polonais, anglais, et français. Sa clientèle est surtout polonaise et ukrainienne.

Me Calina Jurju Bala, autre collaboratrice externe, est pour sa part licenciée en droit en Roumanie et a commencé sa carrière dans la région de Montréal en 2007.

Selon son cabinet, ses connaissances du droit roumain et du droit québécois lui ont permis de piloter des centaines de dossiers tant devant des instances judiciaires du Québec et de la Roumanie que devant différents forums destinés à résoudre les conflits par des formes alternatives de règlements.

Me Héloïse Kawaishi s’occupe quant à elle à l’externe du droit français. Elle est avocate en France en droit de la famille et du patrimoine et a aussi travaillé à Londres, en tant que ''Registered European Lawyer'', ce lui a permis d'acquérir une expertise en droit international privé de la famille et de découvrir le droit anglo-saxon.

« Elle peut aussi aider les avocats québécois qui ont un problème de droit international avec la France », note Me Talbot.

Me Mehdi Ben Miled et Me Rim Nehmé. Source: T&W Avocats
Me Mehdi Ben Miled et Me Rim Nehmé. Source: T&W Avocats
Me Mehdi Ben Miled, Barreau 2022, est un avocat québécois en litige civil et commercial et se spécialise entre autres en droit de l’immigration, en droit de la construction, en droit immobilier et en contrats commerciaux.

Il a suivi des études de droit en France avant de s’installer au Canada et d’y étudier également. Ce collaborateur externe parle couramment l’anglais, le français et l’arabe. Toute sa clientèle est tunisienne, d’après Me Talbot.

Barreau 2021, Me Rim Nehmé a complété sa formation en droit à l’Université de Montréal et pratique principalement en droit de l’immigration et des réfugiés. Elle parle le français, l’anglais et l’arabe.

Le cabinet travaille également avec Me Laurent Morin et Me Louise Poliquin, et avec la technicienne juridique Audrey Bouchard.

« En se mettant ensemble, je vois qu’on va pouvoir donner de meilleurs services à la clientèle », assure Me Wang.

Elle donne l’exemple de clients parlant le mandarin. « Souvent, ce sont des personnes qui ont de la difficulté avec le français et l’anglais », remarque-t-elle.

S’ils peuvent faire affaire avec un avocat qui parle leur langue et qui connaît leur culture, cela va faciliter les échanges et ils auront plus confiance, selon elle.

« Je ne pense pas qu’il y ait un autre cabinet comme celui-ci au Québec, avec toutes ces langues parlées et qui attire une clientèle internationale », assure pour sa part Me Talbot, qui ajoute que le site est traduit en plusieurs langues.

Me Laurent Morin, Me Louise Poliquin et Audrey Bouchard. Source: T&W Avocats
Me Laurent Morin, Me Louise Poliquin et Audrey Bouchard. Source: T&W Avocats
Des prix raisonnables

Autre particularité, le cabinet promet à ses clients de ne pas leur facturer les prix des grands bureaux.

« En droit familial, on travaille avec des gens, pas des compagnies, donc c’est important pour moi de rester avec des honoraires raisonnables », explique Me Talbot.

Monter ce cabinet a signifié beaucoup de formalités administratives et de délais, davantage que quand il s’agit de travailler comme avocate solo, note Me Talbot.

T&W a des bureaux à côté du Palais de Justice de Montréal, mais aussi à Brossard. Les avocats collaborateurs travaillent par ailleurs de leurs bureaux à l’étranger, quand ils ne sont pas au Québec.

Pour ce qui est du développement de clientèle, celui-ci est basé sur le bouche-à-oreille.

L’envie d’entreprendre

Me Talbot, Barreau 1994, se spécialise principalement en droit de la famille. Elle a commencé sa carrière en faisant du litige et des vices cachés. Elle a toujours pratiqué à son compte.

Me Wang a décidé, après son Barreau et son stage, de retourner à l’école pour faire un Juris Doctor. Elle est assermentée du Barreau du Québec et du Barreau de l’Ontario.

Elle a déjà travaillé chez Goldwater, Dubé et a approfondi ses connaissances en droit de la famille avant de se tourner vers le droit civil et le litige commercial chez Litige Forseti inc.

Elle a ensuite débuté sa pratique privée avant d’approcher Me Talbot pour monter T&W. Elle s’entretient actuellement avec des avocats à Toronto et en Chine pour ajouter d’autres collaborateurs à l’équipe.

Elle préfère travailler en pratique privée, car cela permet selon elle d’avoir une relation plus rapprochée avec ses clients, sans passer par des intermédiaires. Pour elle, entreprendre est synonyme de liberté.

« Ce que je peux dire de Me Wang, c’est que c’est une entrepreneure et qu’elle est très bonne en développement des affaires ! », souligne Me Talbot.

À l’époque où elle effectuait un MBA à l’Université de Sherbrooke, Me Talbot se disait qu’elle aimerait pratiquer à l'international. « Aujourd’hui, je me dis, ‘tiens, l’international, je vais l’avoir comme ça !’ », se réjouit celle qui approche les 30 ans de carrière.
4047

1 commentaire

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    C'est idem en immigration
    C,est pas mal la réalité des cabinets en immigration. Nous au bureau on représente une bonne gamme des couleurs de Benetton!

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires