Nouvelles

Qu’est-ce qui bouge en droit du logement ?

Main image

Marie-ève Buisson

2023-07-24 13:15:00

Quelles sont les tendances actuelles en matière de droit du logement ? Droit-inc a demandé à un avocat spécialisé ce qu’il en pense…

Me David Searle, l’auteur de cet article. Source: Courtoisie
Me David Searle, l’auteur de cet article. Source: Courtoisie
David Searle est avocat en droit du logement aux Centres de justice de proximité en plus d’enseigner à la Faculté de droit de l’UQAM. Droit-Inc l’a reçu en entrevue pour discuter des tendances actuelles dans le droit du logement.

Qu’est-ce qui bouge ces temps-ci en droit du logement ?

Le législateur prend de plus en plus de gestes importants en matière de droit du logement, comme on peut le voir dans la saga Airbnb. Il y a également le projet de loi 25 pour lutter contre l’hébergement touristique illégal qui nous occupe beaucoup présentement. Sinon, il y a le projet de loi 31 qui viendra changer à l’automne plusieurs règles en matière de droit du logement.

Il y a aussi le contexte économique, la crise du logement et la crise de la construction qui viennent affecter tous nos dossiers.

Comment ces projets de loi affectent-ils le travail des avocats ?

Le projet de loi 31 va permettre de faciliter le recours pour des dommages suite à une reprise ou une expulsion de mauvaise foi. Il y a une possibilité que ça crée plus de litiges pour les locataires lésés.

Aussi, ce projet de loi prévoit le retrait du monopole des avocats. Il sera maintenant possible pour toute personne de représenter autrui devant le Tribunal administratif du logement.

De plus, les avocats vont probablement avoir moins de dossiers portant sur la location illégale maintenant qu’il y a plus de réglementation entourant les logements Airbnb.

Quels sont les sujets qui reviennent le plus souvent en droit du logement ?

La plupart du temps, les locataires viennent nous voir pour des problèmes de salubrité dans leur logement. Nous avons aussi de jeunes propriétaires qui n’ont pas les moyens d’investir dans leurs immeubles pour assurer de bonnes conditions à leurs locataires. Le CORPIQ mentionne même que nous avons un parc locatif qui vieillit.

Il y a aussi toutes les difficultés entourant les contextes de colocation pour lesquelles on peut offrir peu de réponses satisfaisantes. Ni la législation, ni la jurisprudence offrent des réponses claires aux questions qui peuvent être soulevées avec ce mode de cohabitation qui n’est pas traitée par la loi.

Est-ce que la pratique du droit du logement attire de plus en plus d’avocats ?

Nous sommes très peu à pratiquer ce type de droit. Il y a malheureusement quelques avocats qui s’improvisent en droit du logement, car ils croient que c’est un domaine peu complexe, ce qui n’est pas le cas. C’est un domaine assez difficile puisque nous sommes très près des gens, de leur réalité.

Les étudiants en droit sont-ils intéressés par le droit du logement ?

Absolument. J’ai appris récemment que McGill allait aussi offrir un cours en droit du logement. Ce sont les étudiants en droit qui l’ont demandé. Ce domaine de pratique les touche plus particulièrement, car ils sont, eux aussi, locataires et même parfois propriétaires. Aussi, le fait que ce soit un type de droit assez médiatisé attire davantage les étudiants.
2581

3 commentaires

  1. DSG
    d’enseigner à la Faculté de droit de l’UQAM
    Le seul prérequis pour devenir prof en droit du logement à l'UQAM est d'avoir un logement.

  2. A
    A
    Il n'existe absolument aucune décision répertoriée portant le nom de Me David Searle au TAL.
    Et il prétend pratiquer dans ce domaine?
    Comment, en n'ayant jamais mis les pieds au TAL?

  3. Parasite
    Parasite
    il y a 8 mois
    Bon, les slumlords...
    ... Débarquent pour chialer comme d'habitude.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires