Nouvelles

Avocate en congé maternité : appel rejeté

Main image

Didier Bert

2023-07-28 11:15:00

Un procès se tiendra à la date prévue malgré le congé maternité de l’avocate des défendeurs, tranche la Cour d’appel qui refuse leur demande en permission d’appeler.

Mes Natasha Sivret et Caroline Charron. Source: DHC Avocats
Mes Natasha Sivret et Caroline Charron. Source: DHC Avocats
La Cour d’appel ne reviendra pas sur la décision du juge Michel Pinsonnault de la Cour supérieure du Québec, qui a refusé de remettre un procès alors que l’avocate des défendeurs, Me Natasha Sivret, sera en congé maternité à la date prévue en avril 2024.

Le juge Peter Kalichman n’a pas été convaincu par les arguments des parties requérantes, représentées par Me Caroline Charron du cabinet DHC Avocats. Les parties intimées étaient représentées par Me Ali Sbai et Jade Wagner, stagiaire en droit, du cabinet Sbai.

Le magistrat a rejeté la demande en permission d’appeler, déposée parce que le juge de la Cour supérieure aurait « exercé sa discrétion d'une manière incompatible avec les principes directeurs de la procédure, notamment parce qu'il leur refuse le droit à l'avocate de leur choix ».

Le juge Peter Kalichman. Source: Cour d’appel du Québec
Le juge Peter Kalichman. Source: Cour d’appel du Québec
Le juge Kalichman considère que le juge Pinsonnault « n'a pas minimisé le sérieux d'une demande de remise fondée sur le congé de maternité de l'avocate ad litem. lI l’a mis en balance avec l’intérêt concurrent des intimés pour en arriver à sa décision ».

La Cour d’appel reconnaît qu’il était approprié que le juge Pinsonnault considère que « le droit des demandeurs d’être entendus après des démarches judiciaires entamées depuis 2017 doit primer ».

Le juge Kalichman en conclut que « les requérants sont manifestement en désaccord avec sa décision, mais n’ont pas réussi à me convaincre qu'elle est déraisonnable au regard des principes directeurs de la procédure ».

Le juge de la Cour d’appel tient toutefois à se distancier de certains motifs du juge Pinsonnault, quand ce dernier a précisé que le procès n’a pas été fixé au milieu d’un congé de maternité, mais à quelques jours de sa fin. « Avec égards, je ne suis pas d'accord qu'il y ait lieu de faire une telle distinction. À mon avis, le fait qu'un procès soit prévu pendant un congé parental suffit généralement à justifier une remise, quel que soit le moment durant le congé où il est fixé. »

Me Ali Sbai. Source: USherbrooke
Me Ali Sbai. Source: USherbrooke
Me Natasha Sivret se dit « déçue », tout en soulignant qu’elle respecte le jugement. « Je comprends que la barrière était très haute pour un appel », explique-t-elle. À présent, l’avocate dit envisager de raccourcir son congé de maternité. « Je dois choisir entre le procès et mon congé de maternité, c’est malheureux », affirme-t-elle. « Je veux continuer à travailler en litige. Mais il y a du chemin à faire pour les femmes qui sont dans cette situation. »

L’avocate signale qu’en septembre 2022, le rapport Femmes dans la profession: relever le défi de la rétention, publié par le Barreau du Québec, mentionnait : « Malgré les déclarations de principe sur la conciliation travail-famille adoptées dans les dernières années dans le milieu juridique, certains juges auraient encore une attitude très rigide et refuseraient des demandes de remise pourtant justifiées. On souhaite que les valeurs des juges évoluent pour mieux accommoder les parents. »

Me Sivret se félicite du soutien reçu par son cabinet, DHC Avocats, « autant quand j’étais enceinte que pour mon congé. J’ai été appuyée pour l’appel. »
5043

5 commentaires

  1. HM
    False flag
    Shameless false flag. She could have postponed the Court of Quebec hearing, had her full maternity leave and her postponement in Superior Court. She decided that not moving her defamation lawsuit in Court of Quebec was more important than her maternity leave.

  2. Natasha S.
    Natasha S.
    il y a 10 mois
    False information
    The CQ case was set after my maternity leave, even though dates were available well before.

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a 10 mois
    YB
    Wow. She still doesn't get that she brought this whole situation on herself ?

    Jesus.

  4. Natasha S.
    Natasha S.
    il y a 10 mois
    Uninformed
    This is not true; the CQ trial was set after my maternity leave, even though trial dates were available well before.

  5. Jean Talon Intendant
    Jean Talon Intendant
    il y a 10 mois
    Innaceptable
    Chers constituants,

    Ce cas d’espèce témoigne de l’imputabilité profonde instauré sur la génération de plébéins qui choisit de prioriser la procréation sans prendre en considération leur responsabilité professionelle. Les Patriciens, pour leur part, comprennent qu’il vait mieux prioriser le travail et l’abondance économique par tapport à une grossesse. Sans préjugé, absolument aucun, je crois qu’il vaut mieux prendre sa responsabilité civil avant les obligations familiales futures.

    Merci de votre compréhension,

    Paul

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires