Nominations

Une avocate qui n’a pas peur des défis

Main image

Camille Dufétel

2023-04-27 08:30:00

Une avocate d’origine chinoise n’a pas eu peur de refaire des études et d’apprendre le français pour devenir avocate au Québec. Quel cabinet vient-elle de rejoindre ?

Chen Zhang. Crédit photo: Karine Kalfon
Chen Zhang. Crédit photo: Karine Kalfon
Me Chen Zhang, Barreau 2022, vient de rejoindre le cabinet CaLex Legal Inc. à Montréal comme avocate junior. Elle y pratique le litige civil et commercial.

Diplômée, entre autres, de l’Université de Montréal (UdeM) où elle a obtenu son baccalauréat en droit, Me Zhang travaillait auparavant chez Kalman Samuels, où elle a effectué son stage et a travaillé très peu de temps comme avocate en droit de la famille.

Ce domaine de pratique ne lui convenait pas et l’a poussée à s’orienter vers un autre cabinet. « Je trouve qu’il y a trop de chicanes et trop d’émotions dans ce domaine », explique-t-elle.

Elle a repéré une offre d’emploi de CaLex Legal Inc., est entrée en contact avec Me Jean-Philippe Caron, avocat de ce cabinet. Après deux entrevues, elle a été engagée. Elle apprécie entre autres le fait d’y retrouver une équipe de jeunes avocats.

Repartir de zéro

Me Zhang précise être « une Chinoise de première génération » qui est arrivée à Montréal en 2014 pour suivre une maîtrise baptisée International Business Law à l’UdeM, après avoir obtenu un baccalauréat en droit et un autre en littérature anglaise en Chine.

Après cette maîtrise, Me Zhang a commencé à graviter dans l’univers du droit montréalais, puisqu’elle a fait de l’interprétation juridique auprès d’avocats durant trois ans.

Le milieu juridique lui a plu, mais elle a réalisé que les clients chinois n’étaient pas toujours bien servis à cause de la barrière de la langue. Elle estime que ceux-ci préfèrent souvent s’entretenir avec des avocats qui parlent ou du moins comprennent leur langue.

Aussi, elle a décidé qu’elle s’installerait vraiment au Québec et qu’elle y deviendrait avocate, notamment au service de la communauté chinoise. Pour elle, les avocats d’origine chinoise de deuxième génération ne comprennent pas nécessairement bien la culture chinoise, puisqu’ils ont grandi au Québec.

Elle a donc appris, dès 2018, le français. Celle qui parlait alors mandarin et anglais, ne savait pas, avant de venir au Québec pour la première fois, qu’on y parlait français, et n’a pas eu peur de ce défi.

« Même si j’avais obtenu ma maîtrise à Montréal, pour devenir avocate, je devais avoir un baccalauréat en droit du Québec », précise-t-elle.

Elle a ainsi, après sa maîtrise, dû se réinscrire pour suivre un baccalauréat en droit à l’UdeM qu’elle a décroché, avant de devenir avocate récemment.

Dans son cabinet, qui compte une équipe de moins de dix personnes, Me Zhang souligne que certains clients sont chinois.

Alors que la compagnie Epic Games, qui est à l'origine du jeu « Fortnite », a récemment été déboutée devant la Cour d’appel du Québec, c’est ce cabinet, CaLex Legal, qui représentait la partie demanderesse.
2623

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires