Opinions

​Pourtant elle s’éleva : la nomination de la juge Brown-Jackson

Main image

Tamara Thermitus

2022-05-24 11:15:00

Une avocate montréalaise commente l'ascension d’une première juge noire à la Cour suprême des États-Unis…

Tamara Thermitus, l’auteure de cet article. Source: LinkedIn
Tamara Thermitus, l’auteure de cet article. Source: LinkedIn
Alors que la juge Ketanji Brown Jackson est la première juge noire à être nommée à la Cour suprême, j’entends la voix de Maya Angelou lorsqu’elle récitait son poème « Pourtant je m’élève ».

Pourtant je m’élève
Vous pouvez me rabaisser pour l’Histoire
Avec vos mensonges amers et tordus,
Vous pouvez me traîner dans la boue
Mais comme la poussière, je m’élève encore,
(…)
Vous pouvez m’abattre de vos paroles,
Me découper avec vos yeux,
Me tuer de toute votre haine,
Mais comme l’air, je m’élève encore.

Car, malgré les vicieuses attaques, la juge s’est élevée. Qui peut oublier sa comparution devant le Comité judiciaire du Sénat lors de laquelle elle fut la cible de comportements jamais vus auparavant. Pour empêcher la marche inexorable vers le changement, les élus républicains n’ont pas hésité à utiliser les tactiques les plus viles. Ce n’est pas la première fois qu’ils réagissent ainsi à la présence de personnes noires compétentes qui sont perçues comme une menace à l’ordre historiquement établi. Rappelons-nous des attaques contre Kamala Harris, Barack et Michelle Obama.

Dr Emmitt Riley III, professeur de sciences politiques et d’études africaines à l’Université DePauw Riley le soulignait : « Chaque fois que les Noirs sont élevés dans un espace pour la première fois, ils font face à une opposition sans précédent ».

Surréaliste était l’intervention de la sénatrice républicaine, Marsha Blackburn, qui a demandé à la juge, une des juristes les plus qualifiées que la Cour ait récemment connue, de définir le mot « femme ». Et que dire des salves agressives du sénateur Ted Cruz. Ce processus de nomination ressemblait à un ascenseur pour l’échafaud.

Des attaques hautement médiatisées infligées par les gardiens de la démocratie dont toute la planète a été témoin. Des déferlantes de violence et de haine pour une juge à qui le président a demandé de servir son pays. Le président Biden a d’ailleurs dénoncé le traitement de la juge Jackson. Pour lui, c’« était de la violence verbale, de la colère, des interruptions constantes en plus d’affirmations et d’accusations viles et sans fondement ».

Le président parle de violence verbale, mais ne serait-il pas plus exact de parler de violence tout simplement ?

Cette violence injustifiée avait un objectif : faire perdre à la juge Jackson-Brown son sang-froid afin de la qualifier de Angry Black woman. Un stéréotype clé en main, pour la discréditer.

Ce stéréotype dépeint les femmes noires comme étant hostiles, agressives, autoritaires, illogiques, acariâtres et de mauvaise humeur. Ces fantasmes ont imprégné l’inconscient collectif, la culture et la société ainsi que le milieu de travail façonnant notamment la vie professionnelle de nombreuses femmes noires.

Le mot d’ordre, la juge Jackson le connaît : à tout prix ne pas répondre à la violence. Dignement, la juge s’est comportée. Des larmes, elle a versé. Mais tout être humain aurait réagi. Car, comme femme noire, elle sait que réagir à la violence aurait été un suicide professionnel. Ses compétences et son travail acharné seraient partis à vau-l’eau et elle aurait manqué son rendez-vous avec l’Histoire : le rôle où on ne l’attendait pas lui aurait échappé.

Après avoir été publiquement humiliée, déshumanisée, elle a gardé son calme comme une superfemme. Les propos d’Élise Dorlin me reviennent à l’esprit, elle qui s’interroge sur la notion de défense comme étant la prérogative de certains. Ainsi, la légitime défense est permise pour certains corps et refusée à d’autres, et notamment aux corps racisés, ces corps indéfendables donc soumis à la violence.

Femme, noire, et pionnière

Beaucoup de ces femmes noires, pionnières dans des fonctions où elles ne sont pas attendues, sont ciblées non seulement parce qu’elles sont des femmes, mais aussi parce qu’elles sont noires — ce que certains appellent « misogynoir ».

Pour le Dr Niambi Carter, professeur en sciences politiques à l’Université Howard, le « backlash » que subissent ces femmes est classique du « misogynoir ». « L’idée que (ces femmes) sont en quelque sorte des choix médiocres ou qu’elles sont inférieures à d’autres n’a rien à voir avec leurs qualifications », explique-t-il « Il s’agit de racisme et de sexisme. » Une violence sociétale, donc.

Comme le soulignait Mikki Kendall, l’auteure de ''Hood Feminism: Notes From the Women a Movement Forgot'', « les femmes noires dans la société américaine sont effectivement censées remplir deux rôles au travail, celui pour lequel elles ont été embauchées et un autre consistant à mettre leurs collègues à l’aise. Il ne suffit pas d’être éduquée, accomplie et professionnelle. Pour surmonter les obstacles créés par les stéréotypes racistes, elles doivent également cacher leurs émotions. De plus, elles ne peuvent pas être trop talentueuses ou affirmées, de peur d’être perçues comme une menace. Comme Jackson, elles sont dans une situation sans issue et doivent simplement se protéger, comme elle l’a fait. »

Mais ne pas répondre à la violence à un prix. Celui des traumatismes, non seulement de la juge, mais aussi de tous ceux et celles qui ont assisté à ce carnage démocratique.

Malgré tout, la juge Jackson a été nommée. Enfin, une juge noire pourra exercer le pouvoir au sein de la plus haute cour. Nous sommes en 2022. Il était plus que temps.

Une magistrature diversifiée ne veut pas nécessairement dire que les femmes et les minorités se comportent différemment des autres juges, elle met l’accent sur la simple présence au sein de la magistrature, ce qui lui confère une légitimité. On ne peut que souhaiter que la présence de la juge soit une représentation réelle, car les femmes et les minorités ont des points de vue différents fondés sur des expériences différentes liées à leur identité. Pour que la diversité ait une contribution réelle au système judiciaire, il faut que les juges, grâce à leur expérience, soient en mesure de comprendre les inégalités.

La présence de la juge Jackson Brown au sein d’une Cour suprême majoritairement conservatrice n’est peut-être pas la situation idéale. Probablement, elle aura à écrire des opinions dissidentes, mais ses dissidences peuvent devenir le socle de changements. C’est ainsi que les décisions et les dissidences de la juge Jackson Brown, comme le disait Maya Angelou, porteront « le rêve et l’espérance de l’esclave ».

À propos de l’auteure

Détentrice de la Médaille du ''jubilé de la reine Elizabeth'' (2012), Me Tamara Thermitus Ad.E a reçu de nombreux prix dont le ''Mérite du Barreau du Québec'' (2011). Elle est la première avocate noire à se voir décerner cette reconnaissance. Cet article est d’abord paru sur le site internet du média Pivot.

3341

8 commentaires

  1. Pirlouit
    Pirlouit
    il y a un an
    Définissez superfemme
    Elle n'a pas été "élevé", elle a été nommé, et sur la base de sa couleur. Comme Kamala Harris, et on voit ce que ça a donné.

    Je n'ai pas critiqué l'élection d'Obama. Lui il a été élu. Et il ne jouait pas la carte de la victimisation et de la race à toutes les 30 minutes. Toute la différence.

  2. DSG
    la sénatrice républicaine, Lindsay Graham
    Lindsay Graham is a man, as in "le senateur republicain." Get your facts straight before spewing such sanctimonious criticisms of people. You probably would have noticed that he is a man had you actually seen him question the nominee; a process you called "surrealist". In case you didn't know this either, Clarence Thomas, who has been on the supreme court since 1991, is also black. Just put his name on google.

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    ZZZZZzzzzzz... ZZZZZzzzzz...
    Ce texte est encore plus efficace qu'un somnifère.

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Têteux
    "Elle n'a pas été "élevé", elle a été nommé."

    Le terme élevée est une référence au poème de Maya Angelou et un clin d'oeil à l'expression anglaise "elevated to the Court".

    Get you head out of your ass.

    • Pirlouit
      Pirlouit
      il y a un an
      Néant
      Et alors, ça ne change rien sauf que vous démontrez que vous avez besoin d'insulter les autres comme argumentaire.

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Magnifique texte
    Merci beaucoup Me Thermitus pour ce sublime texte! N'en déplaise aux vieilles pommes pourries de Droit-Inc dont le sexisme, la xénophobie et la supériorité linguistique pour l'un, ne sont plus à démontrer, vous avez superbement développé ce que le sénateur Cory Booker avait d'ailleurs remarqué:

    "The way you have dealt with some of these things, that’s why you are a judge and I am a politician because you have sat with grit and grace and have shown us just extraordinary demeanor during the times where people were saying things to you that are actually out of the norm.[...] You got here how every Black woman in America who's gotten anywhere has done, by being like Ginger Rogers: 'I did everything Fred Astaire did but backward, in heels."

    De toute façon, dans une province où une femme est obligée de filmer et retransmettre ses derniers instants sur Facebook afin de dénoncer ce que beaucoup ne peuvent souffrir d'admettre, les commentaires précédant le mien ne m'étonnent pas, surtout sur Droit-Inc. Au moins aux États-Unis, ils ont l'honnêteté intellectuelle de ne pas se parer de bienséance à n'en plus finir et à ne pas cacher le racisme sous des couches de pseudo-politesse ou "pacifisme".

  6. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    La paille et la poutre
    Et, est-ce Clarence Thomas a reçu les mêmes types de question que Ketanji Brown-Jackson? (Ce n'est pas la peine de m'évoquer Anita Hill, c'est hors-sujet). Puisque vous êtes capable de souligner que Lindsay Graham est une femme, j'attirerai votre attention que Me Thermitus souligne le traitement infligé à une FEMME NOIRE (d'où la référence d'ailleurs au poème de Maya Angelou) et non celui d'une personne noire.

    • DSG
      Let me try in French, because I'm not getting through
      Lindsay Graham est un homme. Il parraît comme un homme; il est assez vieux, il a les cheveaux gris, il porte des cravates et des pantalons etc. Alors, mon point est le suivant: comment peut Me Thermitus prétendre que ses questions étaient surréaliste quand elle n'a même pas vu les procédures? Elle veut juste se plaindre sans savoir pourquoi elle se plaint.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires