Nouvelles

Une juge du TAL blâmée en déontologie

Main image

Marie-ève Buisson

2023-05-04 11:15:00

Une juge du Tribunal administratif du logement (TAL) a reçu un blâme en déontologie pour avoir « insulté » ses collègues lors d’une entrevue à un journal…

Source: Shutterstock
Source: Shutterstock
La juge administrative du Tribunal administratif du logement (TAL), Micheline Leclerc, a récemment été blâmée en déontologie par le Comité d’enquête du Conseil de la justice administrative (CJA).

Lors d’une entrevue à La Presse en mars 2022, Me Leclerc avait critiqué le juge André Gagnier.

« Je suis fondamentalement convaincue qu’André Gagnier et sa petite clique ont posé des gestes, ont dit des choses qui ne pouvaient être acceptées par un gestionnaire. En tant que patron, tu ne peux pas laisser des employés [faire ça]. On ne peut pas gérer une aussi grosse organisation en se faisant piler sur les pieds par une gang de sans-jugement ».

En octobre 2022, le comité d’examen a demandé à Me Leclerc des explications concernant cette situation. Dans un courriel, la juge n’a pas nié avoir répondu aux questions du journaliste de La Presse et n’a pas soutenu avoir été mal citée.

Elle a même affirmé que les propos qu’elle a tenus n’étaient pas de nature à discréditer le TAL et qu’ils avaient plutôt pour but « de maintenir la confiance du public à l’égard de celui-ci ».

Plus de retenue

Selon le comité d’enquête, Me Leclerc aurait dû faire preuve d’une grande retenue lors de cette intervention publique. « Qualifier ses collègues de “clique” et de dire d’eux qu’ils sont “sans jugement” pose un sérieux problème. La manière de faire et l’intensité de son intervention sont problématiques », soutient le CJA.

La juge Leclerc a répliqué en mentionnant que l’utilisation de l’expression « sans jugement » pour qualifier certains de ses collègues juges au TAL est « extrêmement respectueuse » à leur égard.

Le comité est en désaccord avec cette affirmation. Il considère que l'utilisation du mot « clique » dans ce contexte était utilisée de façon péjorative. L’expression « une gang de sans-jugement » apparaîtrait plutôt comme une insulte.

Avec toutes ces informations, le comité a conclu que la juge Micheline Leclerc avait manqué à son devoir de réserve. Elle avait également contribué à « discréditer le tribunal en participant à la controverse publique qui affecte le TAL ».

Il reste désormais au comité à déterminer la sanction à imposer à la juge Leclerc. Selon La Presse, « elle risque une réprimande, une suspension ou la destitution ».

La juge Micheline Leclerc n’a pas voulu répondre à notre demande d’entrevue.
4728

2 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 11 mois
    Elle persiste et signe !
    « La juge Leclerc a répliqué en mentionnant que l’utilisation de l’expression « sans jugement » pour qualifier certains de ses collègues juges au TAL est « extrêmement respectueuse » à leur égard. »

    Avec des collègues de travail comme cela, on n’a pas besoin d’ennemis !

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 11 mois
    De plus en plus de juges nuls, au TAL et ailleurs
    Idiocracy était un film prophétique.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires