Nouvelles

Des citoyens de Sainte-Cécile-de-Milton déposent une demande d’action collective

Main image

Radio -canada

2023-11-16 10:15:00

Une demande d’action collective vient d’être déposée dans le dossier des contaminants éternels à Sainte-Cécile-de-Milton. Qui est l’avocat derrière?

Me Brian Furlong. Sources: Radio-Canada / Bertrand Galipeau et Archer Avocats
Me Brian Furlong. Sources: Radio-Canada / Bertrand Galipeau et Archer Avocats
Une demande d'action collective a été déposée dans le dossier des contaminants éternels à Sainte-Cécile-de-Milton. Cette action collective viserait l'entreprise GFL Environnemental inc., qui opère notamment sous le nom de Matrec. Cette entreprise gère le site d'enfouissement municipal.

Ce qui est au cœur de cette demande d'action collective, c'est que les plaignants considèrent que Matrec est l'unique responsable de la contamination de la nappe phréatique. L'analyse de dix puits dans la municipalité de Sainte-Cécile-de-Milton a permis de découvrir des concentrations supérieures de polluants éternels, les PFAS.

Les citoyens ont ainsi été invités à réduire leur consommation d'eau potable. La santé publique recommande aux femmes enceintes et aux nourrissons de ne pas consommer l'eau du robinet en raison de la forte présence de contaminants.

Il y a deux plaignants dans ce dossier : Amélie Gagnon et Gestion LM Roy inc. Ils entreprennent cette poursuite pour le compte de tous les citoyens touchés par la contamination de l'eau à Sainte-Cécile-de-Milton ainsi que pour les propriétaires d'un puits artésien. Plus de 3000 personnes sont donc impliquées dans ce dossier.

Des millions de dollars en indemnisations

Les autorités n'ont toujours pas confirmé la source exacte de la contamination de l'eau. Or, la poursuite considère qu'elle a suffisamment d'informations en main pour aller de l'avant.

On n'aurait pas entrepris le recours collectif si on n'avait pas les éléments qui tendent à démontrer que (le problème) est dans le site d'enfouissement, souligne Me Brian Furlong du cabinet Archer Avocats, à l'origine du recours.

Les demandeurs souhaitent entre autres que l'entreprise visée soit condamnée à verser plusieurs millions de dollars en dommages et intérêts aux personnes qui ont consommé de l'eau tirée d'un des puits artésiens.

Les plaignants demandent notamment à Matrec de payer 25 000 $ aux citoyens de Saint-Cécile-de-Milton et aux résidents du secteur limitrophe du site d'enfouissement. Ils demandent aussi qu'une somme de 20 000 $ par puits artésien soit versée pour faire installer un nouvel équipement de filtration de l'eau.

Les municipalités de Saint-Cécile-de-Milton et de Granby sont également mises en cause dans la poursuite puisque la nappe phréatique se trouve sur leur territoire.

La Municipalité de Sainte-Cécile-de-Milton et l'entreprise GFL Environnement ne commenteront pas le dossier.

La Ville de Granby, quant à elle, assure que ses avocats analysent rigoureusement cette demande. Un juge doit toujours autoriser la demande d'action collective. S'il y a autorisation, le dossier devrait aller en procès.
2251

1 commentaire

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 5 mois
    Issue prévisible
    Après des années de procédures, la sous-sous-sous-filliale qui exploite ce déptoir fera faillite.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires