Nouvelles

Valérie Plante affirme que les victimes de profilage racial doivent être dédommagées

Main image

Radio -canada

2023-02-16 13:30:00

Montréal est poursuivie pour un montant de 171 millions de dollars, au nom de tous ceux qui ont été victimes de profilage racial de la part de policiers entre 2017 et 2019.

Valérie Plante. Source: Radio-Canada / La Presse canadienne / Graham Hughes
Valérie Plante. Source: Radio-Canada / La Presse canadienne / Graham Hughes
Valérie Plante a reconnu sans hésitation qu'une personne victime de profilage racial a droit à un dédommagement, mais seulement sur une base individuelle.

La mairesse de Montréal n'a pas caché qu'elle était nerveuse, elle qui se présentait pour la toute première fois devant un tribunal, mercredi, pour témoigner dans le cadre de l'action collective pilotée par la Ligue des Noirs du Québec au soutien d'Alexandre Lamontagne dont les représentants sont Me Jacky-Éric Salvant du cabinet Perrier Avocats et Me Papa Mike Diomande contre la Ville de Montréal représentée par Me Chantal Bruyère du cabinet Gagnier Guay Biron, Me Pierre-Yves Boisvert du cabinet Gagnier Guay Biron et Me Raphael Lescop du cabinet IMK pour profilage racial.

« Qu'une personne vive du profilage racial, ça existe, c'est vrai, et les personnes qui le vivent, c'est pénible et ils ont droit et elles doivent demander réparation. Elles doivent aller de l'avant pour pouvoir faire prévaloir leurs droits à un traitement équitable », a d'abord affirmé Mme Plante devant la juge Dominique Poulin, de la Cour supérieure.

Mes Jacky-Éric Salvant et Papa Mike Diomande. Sources: Archives et Mike Diomande Avocat
Mes Jacky-Éric Salvant et Papa Mike Diomande. Sources: Archives et Mike Diomande Avocat
Puis, à la toute fin de son témoignage, elle est revenue à la charge, précisant au passage qu'elle souhaitait également « défendre l'intégrité du Service de police dans ses efforts pour lutter contre le racisme et la discrimination », mais c'est à ce moment qu'elle a cherché à établir les limites d'une éventuelle réparation.

Une démonstration individuelle

« Si une personne a été victime, elle est tout à fait en droit d'être dédommagée. Je ne remets absolument pas ça en question, a-t-elle réitéré, ajoutant cette fois que, dans une société de droit, il doit y avoir un processus qui vient montrer si la personne a été lésée parce qu'il est aussi question de l'argent des contribuables ».

« Je pense que dans n'importe quelle société ou encore une fois dans la nôtre, on veut pouvoir dédommager s'il y a lieu, mais on ne peut pas non plus – excusez l'expression – jeter l'argent par les fenêtres. Il doit y avoir un début, une histoire, une fin, une conclusion et agir en conséquence », a précisé la mairesse.

Or, cette précision est fort importante : la Ligue des Noirs réclame des dommages de 5000 $ par personne racisée interpellée sans raison valable entre août 2017 et janvier 2019, un recours qui pourrait représenter jusqu'à 171 millions de dollars. Le requérant dans ce dossier, Alexandre Lamontagne, avait été intercepté à la sortie d'un bar en août 2014 et l'interpellation avait rapidement mal tourné.

Me Raphael Lescop. Source: Le cabinet IMK
Me Raphael Lescop. Source: Le cabinet IMK
Le jeune homme avait été brutalement cloué au sol, menotté et emmené au poste pour finalement aboutir avec trois constats d'infraction et deux accusations, une d'entrave au travail des policiers et une autre de voies de fait contre un policier, accusations qui sont tombées par la suite.

Un témoignage bien accueilli

L'avocat représentant le jeune homme et la Ligue des Noirs du Québec, Me Papa Mike Diomande, a toutefois bien noté les éléments du témoignage de Valérie Plante qui viennent soutenir la thèse de ses clients : « Je pourrais retenir deux mots : la reconnaissance, effectivement, qu'il y a du profilage racial et puis, deuxièmement, le fait que ces gens qui en ont été victimes aient un droit à réparation. »

Durant son interrogatoire, Me Diomande a aussi confronté Mme Plante à la Déclaration de Montréal contre la discrimination, adoptée par l'administration de Jean Doré en 1989, profitant de l'occasion pour souligner qu'il y avait une marge importante entre les belles paroles et l'action, puisque le problème de profilage racial, dont la mairesse a reconnu l'existence, existait toujours.

À la sortie de l'audience, Me Diomande a fait valoir que « jusqu'à présent, on n'a pas vu beaucoup de réalisations matérielles, mais on a bon espoir que ce procès-là sera une manière de faire avancer les choses pour qu'il y ait enfin des actes forts et pas seulement des paroles. Vous le savez comme moi, les paroles, la compassion, ce n'est pas un remède aux maux. Les seuls remèdes aux maux, ce sont vraiment véritablement des actions ».
2702

3 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Pauvre Pierre-Yves !
    Pogné avec Valérie Plante... Quelle misère...

    Elle est maintenant rendue avocate, pour dire au juge que les victimes on droit à un dédomagement, mais dans un autre cadre que celui de l'action collective?

  2. Pirlouit
    Pirlouit
    il y a un an
    Ronflement
    Bref un témoignage inutile par une mairesse qui ne peut pas témoigner sur les faits allégués.

  3. Quand une cour déclare le témoignage d'un avocat non-crédible
    Quand une cour déclare le témoignage d'un avocat non-crédible
    il y a un an
    2013 QCCS 1937 et 2013 QCCA 1653
    [14] Il est important de noter en premier lieu que Salvant, un avocat criminaliste depuis 2007, inspecteur à la STM depuis 1994 et propriétaire de plusieurs immeubles à revenus, a toutefois une relation très éloignée avec la vérité.

    [15] Il a livré un témoignage palinodique, donnant des versions évolutives et contradictoires, des réponses souvent évasives et nébuleuses, des explications dénuées de sens.


    [...]

    19] Au procès, trois ans plus tard, Salvant a contredit ce qu’il avait déclaré en 2010 peu de temps après l’incendie.

    [20] Le tribunal n’accorde aucune crédibilité à son témoignage qui a été contredit par quelques témoins de la police, de la Ville de Montréal et de la Cour municipale sur plusieurs sujets.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires