Carrière et Formation

Les désavantages d’être parajuriste

Main image

Marie-ève Buisson

2022-09-21 14:15:00

Une carrière de parajuriste vous tente? Ok, mais ce n’est pas fait pour tout le monde…

Source: Shutterstock
Source: Shutterstock
Vous avez envie d’être parajuriste? C’est sans aucun doute un métier qui comporte de nombreux défis, mais qui ne sont pas nécessairement faits pour tout le monde. Voici les six inconvénients à la carrière de parajuriste, selon LiveAbout.

1. Un cheminement de carrière limité

Les parajuristes ont une croissance de carrière limitée dans la plupart des entreprises. Vous devez souvent passer d’un poste à un autre pour progresser au-delà des rangs de parajuristes. Il n’est donc pas rare de travailler en gestion, en soutien aux litiges ou même en soutien technique.

Bien sûr, il y a toujours la possibilité de retourner à l’université pour s’inscrire dans une faculté de droit. Mais dites-vous que le métier d’avocat comporte aussi ses propres inconvénients.

2. Beaucoup de stress et de pression

Le domaine du droit est axé sur les délais et le respect de ceux-ci. Le système juridique ne fonctionnerait pas si les tribunaux ne prenaient pas en compte le temps qu’il faut pour faire avancer des dossiers. Des affaires entières pourraient même être rejetées si les avocats ne respectent pas certains délais.

Vous êtes donc constamment confronté à plusieurs échéances qui peuvent vous causer de l’anxiété.

3. De longues heures

Les parajuristes doivent souvent faire des heures supplémentaires pour pallier aux délais serrés, aux charges de travail élevées et au manque de main-d'œuvre. La plupart des parajuristes travaillent plus de 40 heures par semaine dans les cabinets d’avocats.

4. Un travail de routine

Les parajuristes portent de nombreux chapeaux et effectuent fréquemment des travaux de secrétariat, d’administration ou de bureau. Ils font ce qui est nécessaire pour assurer le bon fonctionnement d’un cabinet et on s'attend à ce qu’ils le fassent sans se plaindre.

Pourtant, la plupart de ces travaux sont longs, fastidieux et routiniers… Les tâches les plus complexes et difficiles sont souvent réservées aux employés en haut de la hiérarchie du personnel.

5. La dynamique de bureau

Le manque de respect est l'une des plaintes les plus courantes parmi les parajuristes en exercice. Ils travaillent souvent avec des partenaires exigeants, des collègues compétitifs, des clients mécontents, des fournisseurs difficiles et parfois même des avocats irrespectueux.

Bien sûr, chaque cabinet d’avocats est différent. Mais travailler de longues heures avec des délais serrés peut créer un environnement de travail toxique et stressant.

6. Manque de reconnaissance

Les parajuristes doivent travailler sous la supervision d’un avocat et la plupart du temps, ils sont sous-utilisés car leurs rôles sont minimisés ou mal compris. Ils doivent donc de temps en temps éduquer de manière proactive les dirigeants d’entreprise sur leurs compétences de travail.
7854

7 commentaires

  1. Paral'elles Juridiques Inc.
    Paral'elles Juridiques Inc.
    il y a un an
    Échantillonnage ciblé, restreint et non représentatif
    Je suis vraiment désolée que votre recherche ait abouti à cet article de salissage de la profession. En véhiculant ce type de message la pénurie de main-d’œuvre dans le domaine perdurera éternellement.

    Il faut noter que les parajuristes ne travaillent pas tous dans les gros méchants cabinets. Le nombre d’emplois que l’on peut occuper avec ce type de diplôme est particulièrement diversifié, tant dans la fonction publique (qui sont aussi en pénurie de main-d’œuvre) qu’au privé dans des cabinets de tout acabit, en passant par les contentieux des entreprises, on peut même être son propre patron comme nous avons fait chez Paral’elles Juridiques inc. et plusieurs autres parajuristes virtuelles, pour ne nommer que ces options.

    Porter plusieurs chapeaux c’est ce qui fait que le travail n’est pas routinier, pas l’inverse, du moins à mon avis.

    Oui il y a des échéances à respecter, mais le type de droit dans lequel on pratique y est pour beaucoup et c’est bien souvent une question d’organisation, de méthode de travail, etc.

    Si votre milieu de travail est toxique, il ne tient qu’à vous d’en changer, les emplois pleuvent par millier dans le milieu et il ne faut pas hésiter à porter plainte, c’est un milieu de travail comme les autres et les parajuristes sont protégés par les normes du travail et la CNESST comme n’importe quel autre travailleur au Québec.

    Bref, je suis EN DÉSACORD avec TOUTES vos allégations sans exception et je suis particulièrement déçue que vous n’ayez pas plutôt informé vos lecteurs sur les compétences des parajuristes, puisque vous dites que nos : « rôles sont minimisés ou mal compris »

    Au plaisir de lire un article beaucoup plus positif et tourné vers l’avenir à propos de notre rôle crucial dans le système judiciaire, rôle que j’adore et sur lequel j’aimerais bien partager les bonnes nouvelles !!!

    PEJ-GSTA

  2. DSG
    Forgot one
    The article fails to mention that paralegals will forever have to work with lawyers, who are the ultimate egomaniacs. Life is short, consider nursing.

  3. Stéphanie Deslauriers
    Stéphanie Deslauriers
    il y a un an
    Parajuriste
    Je ne suis pas sûre de comprendre le but de l'article, sinon que de décourager les gens à embarquer dans la profession?

    Chaque profession a son lot de défis plus ou moins difficiles...

    Ce n'est pas très éloquent comme article venant d'un site spécialisé en droit!

  4. Parajuriste de carrière
    Parajuriste de carrière
    il y a un an
    Salissage?
    Ça fait 31 ans que j'exerce cette profession. Que j'adore et que j'ai choisie sur un coup de foudre qui ne s'est jamais démenti depuis. Et que j'ai pratiquée au sein de cabinets privés, d'un organisme sans but lucratif, et d'un syndicat. C'est vrai que le rôle du parajuriste est méconnu, sous-estimé. On nous prend souvent pour des adjointes. On se sert parfois de nous pour boucher les trous à la réception, pour faire de la reprographie, pour pallier aux surplus de travail des adjointes. La pression, elle existe. Les délais, les urgences, la pression du budget d'heures facturables qui, on le sait, est le nerf de la guerre dans le domaine juridique en cabinet privé. Le travail et les tâches, surtout en corpo, n'est pas excessivement "créatif" (j'ai connu un avocat qui surnommait ce domaine de pratique le "droit des modèles") et le degré d'autonomie n'est pas très élevé, à moins d'avoir des tâches de gestionnaire. Le salaire est souvent moins élevé que celui d'une adjointe juridique d'expérience.

    Alors, je demande, où est le "salissage"? C'est fort en café de dire ça! À mon point de vue, c'est un article qui évoque, selon "LiveAbout", quels sont les inconvénients de cette profession. Si pour vous, le manque de reconnaissance, les délais serrés, la pression, le manque de respect des collègues, la compétition ne sont pas des inconvénients, grand bien vous fasse. Il n'en demeure pas moins que ces inconvénients existent. Tous, sans exception. Vous idéalisez le rôle qu'un parajuriste joue dans une organisation au Québec. Nous sommes des travailleurs de l'ombre dont les actes professionnels sont limités. Descendez de votre petit nuage et assumez.

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Un avocat "aware"
    Merci pour votre message, je pense la même chose. Les parajuristes font un travail fantastique. J'ai été bluffé de plusieurs que j'ai pu rencontrer sur mon passage. Il est malheureux qu'elles en soient encore à devoir éduquer même des associés et des départements RH sur leur savoir et ce qu'elles savent faire.

  6. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Ravie du commentaire précédent
    Je seconde entièrement le commentaire de PEJ-GSTA

    -Une avocate qui n'aurait pas pu faire tout ce qu'elle a fait sans techniciens juridiques!

  7. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    "lawyers, who are the ultimate egomaniacs. Life is short, consider nursing."
    Mega +++ up vote !

    Je serais curieux de connaitre l'état physique et mental des deux groupes, après une carrière de 30 ans.

    Comment se compare la parajuriste qui s'est fait chier dessus depuis toujours et qui a accumulé un REER rachitique, avec une infirmière qui a mal dormi pendant 10 ans mais qui a un fond de pension bien garni, et de beaux souvenir de patients reconnaissants ?

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires