Nouvelles

Une avocate se rappelle la bataille pour le droit à l’avortement

Main image

Daphnée Hacker-b.

2013-01-29 10:15:00

Il y a 25 ans, la Cour suprême du Canada décriminalisait l’avortement. Me Claire Brassard, alors jeune avocate et militante, se remémore cette longue bataille juridique...

Au cœur des années 1970, le débat juridique sur le droit à l’avortement faisait rage. Le Docteur Henry Morgentaler, qui effectuait des avortements clandestins dans sa clinique privée, était le porte-étendard de la lutte des femmes.

Le 28 janvier 1988, l’équipe de Morgentaler a gain de cause et la Cour suprême accorde aux Canadiennes le droit d'avoir recours à l'avortement lorsqu'elles le désirent.

Me Brassard a connu cette époque, après avoir côtoyé Me Sheppard l'avocat du Dr Morgentaler
Me Brassard a connu cette époque, après avoir côtoyé Me Sheppard l'avocat du Dr Morgentaler
Me Claire Brassard, aujourd’hui avocate en droit du travail chez Cain Lamarre Casgrain Wells, a très bien connu cette époque mouvementée. En plus d’aider des centaines de femmes à se faire avorter, elle a côtoyé Me Claude-Armand Sheppard, l’avocat du Dr Morgentaler.

Pourquoi avez-vous décidé de vous impliquer dans cette cause?

J’ai toujours voulu défendre les droits des femmes, c’est d’ailleurs ce qui m’a motivée à devenir avocate. À l’époque, j’étais donc une jeune féministe qui avait envie d’aider à changer les choses.

Comment s’est articulé votre implication?

C’était en 1975. Le Dr Morgentaler était d’ailleurs emprisonné lorsque nous avons créé le Comité de lutte pour l’avortement et la contraception libres et gratuits. Nous étions en contact avec des organisations hospitalières qui permettaient les « avortements thérapeutiques », les seuls permis au sens du Code criminel.

Qu’est-ce qu’on entendait par « avortement thérapeutique »?

C’était lorsqu’un docteur jugeait que la poursuite de la grossesse était trop risquée pour la santé de la mère.

Est-ce que les hôpitaux étaient nombreux à offrir ce service?

Non, la majorité des médecins étaient encore très conservateurs. Environ 90% des établissements refusaient de collaborer avec nous au début, et tranquillement, la pratique est devenue plus généralisée.

Et donc pour un grand nombre de femmes, la seule option était de se rendre à New York?

Exact. Nous avions rencontré une docteure qui acceptait d’effectuer de telles opérations. J’ai donc accompagné des centaines de femmes à New York. Les voyages étaient très difficiles pour ces dames qui arrivaient parfois de très loin en région. Nous partions tard le soir de Montréal, les avortements se faisaient les uns à la suite des autres, puis nous revenions tout de suite au Québec la journée même.

Comment avez-vous vécu ces expériences?

C’était toujours émouvant. Ces femmes vivaient un drame, souvent à l’insu de leur mari, de leurs parents… aucune d’elles ne trouvaient qu’un tel choix était facile, mais c’était nécessaire dans leur situation. C’est autour de ce principe de la nécessité, un principe fondamental, que s’est articulé la défense du docteur Morgentaler.

Pouvez-vous nous en dire plus?

Le Dr Morgentaler était un féministe, mais c’était surtout un grand humaniste qui ne portait pas de jugement. Il connaissait la réalité des femmes qui avaient économisé les sous nécessaires et avaient eu le courage de venir à son bureau, il savait que c’était un geste réfléchi. Son avocat a utilisé cette défense de la nécessité pour faire valoir les actions de son client… Je me rappelle que Me Sheppard m’ait déjà dit : « j’ai eu une bonne cause, car j’ai un grand client. »

Comment avez-vous accueilli le jugement de la Cour suprême?

Ce fut une réelle célébration du droit des femmes. Mais ce droit est encore menacé. On se rappelle, il y a seulement 15 ans, l’affaire où Chantal Daigle s’est fait interdire le droit à l’avortement par la Cour d’appel à la suite des démarches de son ex-conjoint. Heureusement, ce jugement a été annulé par la Cour suprême.

Un exemple plus récent est celui du projet de loi C-338 des conservateurs de Stephen Harper, qui, en 2006, voulaient criminaliser les avortements pratiqués après la 20e semaine. Même s’il est infructueux, un tel projet nous rappelle de la fragilité de ce dossier.
7410

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires