Nouvelles

Printemps étudiant: quatre manifestants obtiennent l’absolution

Main image

Agence Qmi

2014-01-29 10:48:00

Quatre étudiants qui avaient manifesté contre le Plan Nord pendant la crise étudiante de 2012, ont obtenu des absolutions mardi, au palais de justice de Montréal…

La manifestation du 20 avril 2012 avait été particulièrement violente. Quatre policiers et deux citoyens avaient été blessés, six voitures de police avaient été vandalisées, et des manifestants avaient lancé des projectiles sur l’autoroute Ville-Marie.

Au total, 19 personnes avaient été arrêtées, dont deux mineurs. Mardi, quatre d’entre eux ont plaidé coupables au palais de justice de Montréal.

Des quatre accusés, le cas de Bryan Hamel-Archambault est le plus grave, car cet étudiant à la maîtrise avait lancé une poubelle à un policier, l’atteignant aux côtes.

«Je comprends le droit de manifester, mais je comprends aussi le droit des policiers à faire leur travail sans se faire lancer de poubelle», a déclaré le juge Pierre Labelle.

Bryan Hamel-Archambault, âgé de 25 ans, a finalement plaidé coupable pour attroupement illégal et voies de fait armées contre un policier, ce qui lui a valu une absolution conditionnelle à 125 heures de travaux communautaires.

La défense et la Couronne s’étaient entendues pour suggérer 50 heures de travaux communautaires, mais le magistrat trouvait que ce n’était pas suffisant.

«Cinquante heures sont nettement insuffisantes pour quelqu’un qui s’est attaqué à un représentant de l’ordre», a noté le juge.

Absolutions

Quatre étudiants qui avaient manifesté contre le Plan Nord pendant la crise étudiante de 2012
Quatre étudiants qui avaient manifesté contre le Plan Nord pendant la crise étudiante de 2012
Jean-Luc Déziel et Nicolas Redmond, respectivement étudiant à la maîtrise en physique et étudiant au cégep, ont quant à eux obtenu l’absolution inconditionnelle pour attroupement illégal. En contrepartie, ils ont tous deux versé un don de 300 $ à l’organisme Équiterre.

Dans le cas de Déziel, Me Étienne Poitras a souligné que dans le cadre de ses études, l’accusé devait souvent voyager hors du pays. L’absolution était donc essentielle pour ne pas nuire à son cheminement scolaire.

Quant à Redmond, il compte entrer dans l’Ordre des technologues professionnels du Québec, ce qui nécessite l’absence d’antécédents judiciaires.

«Ce n’est pas contraire à l’intérêt public», a commenté le juge avant d’entériner sa décision.

Le dernier des quatre accusés, Olivier Côté-Thibault, un étudiant en urbanisme, a quant à lui plaidé coupable d’attroupement illégal et de possession d’arme. C’est que lors de son arrestation, il avait sur lui un bâton de bambou qui servait de manche pour un drapeau.

L’accusé de 21 ans a également obtenu l’absolution, conditionnelle à un don de 400 $ à la Banque Laurentienne de la rue Saint-Jacques. Lors de la manifestation, une vitrine de cette banque avait été fracassée, et Côté-Thibault avait été accusé de méfait. Me Anik Archambault de la Couronne a finalement abandonné cette accusation, puisqu’elle n’était pas en mesure de prouver hors de tout doute qu’il était bien l’auteur du méfait.
2183

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires