Nouvelles

Vedette porno malgré elle : une petite victoire pour «Noémie»

Main image

Agence Qmi

2014-04-03 09:16:00

La Montréalaise qui est devenue une vedette porno malgré elle a obtenu une petite victoire ce mercredi. Le deuxième site porno visé par sa poursuite a retiré toute référence à son vrai nom...

Le deuxième site porno visé par sa poursuite a retiré toute référence à son vrai nom
Le deuxième site porno visé par sa poursuite a retiré toute référence à son vrai nom
Cependant, des dizaines d’autres sites continuent toutefois de diffuser l’identité de la jeune femme.

Noémie (nom fictif) n’était pas en cour mercredi matin au palais de justice de Montréal. Elle était représentée par son avocat, Me Daniel Romano, qui a demandé une injonction contre le site BangYouLater.

La jeune femme avait été filmée en pleins ébats sexuels et un internaute anonyme l’avait mise en ligne, accompagnée de son vrai nom. Elle avait été dévastée en découvrant que son nom était associé à cette vidéo.

«C’est évident que la plaignante allègue que la publication de cette vidéo a été faite sans son consentement», a noté le juge Robert Mongeon.

À ce stade-ci des procédures, le juge a indiqué qu’il n’avait pas à statuer sur le comment du pourquoi cette vidéo avait été diffusée sur des sites pornos. Il a plutôt accordé une ordonnance de non-publication totale du vrai nom de Noémie, incluant toute image permettant d’identifier ne serait-ce qu’une partie du corps de la jeune femme.

L’ordonnance du juge est valide jusqu’au 11 avril prochain, mais elle pourrait être renouvelée entre-temps.

Propagation internet

Les problèmes de la jeune femme ne sont pas terminés pour autant. Car en tapant son véritable nom dans un moteur de recherche, on peut trouver des dizaines d’autres sites web pornographiques qui continuent d’utiliser son véritable nom.

Le professeur de droit Pierre Trudel a d’ailleurs expliqué qu’il était très difficile d’effacer toutes les traces laissées sur internet. «C’est très facile de reproduire du contenu», a-t-il indiqué.

Et même si un juge prononçait une ordonnance visant ces sites pornographiques, en pratique, cela peut s’avérer compliqué s’ils sont basés à l’étranger. «Les dédommagements réclamés, c’est entre autres pour ça», a ajouté M. Trudel.

Noémie réclame 60 000 $ à l’internaute, qui avait mis en ligne la vidéo d’elle avec son nom, ainsi qu’à BangYouLater.

Ses avocats ont obtenu du géant Pornhub des informations permettant de retracer cet individu. On ignore toutefois de qui il s’agit, tout comme les motifs qui l’ont poussé à mettre en ligne cette vidéo, désormais introuvable sur internet.
6300

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires