Les meilleurs juricomptables du Québec

Futé comme un… juricomptable!

Main image

Martine Turenne

2015-09-16 14:15:00

Cinq associés viennent de racheter la filiale québécoise du géant américain Navigant. Bienvenue chez des juricomptables de haut calibre!

Jonathan Allard est associé chez Quotient
Jonathan Allard est associé chez Quotient
Tribunaux, escrocs, fraudeurs, voleurs, hackers… Le milieu dans lequel évolue le juricomptable Jonathan Allard, associé chez Quotient, est tout sauf « bas brun », comme il le dit lui-même.

Dans ces dossiers litigieux, complexes, et parfois hautement médiatisés que ses associés et lui doivent décryptés, démontés, et mettre au jour, on se croit souvent dans un épisode de CSI version nombres et algorithmes.

« Être juricomptable apporte un certain prestige, un certain glamour », dit ce diplômé de l’Université du Québec à Trois-Rivières, qui a reçu plusieurs distinctions au fil de sa carrière et qui détient un Diploma in Investigative and Forensic Accounting (DIFA) décerné par l’Université de Toronto. « Tout comme voir les résultats de notre travail dans les médias. »

Certains dossiers sur lesquels ont travaillé les associés de Quotient ont en effet été sous les projecteurs : Norbourg, le Marché Central, ou Mount Real, qui fait toujours les manchettes.

Mais loin de la lumière, le travail du juricomptable en est un ultra-minutieux, acharné, rigoureux. Il faut passer à travers un nombre considérable de documents. « C’est, parfois, rechercher la perle dans des millions des courriels.»

Une nouvelle firme

Jonathan Allard est l’un des cinq associés de cette toute nouvelle firme, Quotient
Jonathan Allard est l’un des cinq associés de cette toute nouvelle firme, Quotient
Jonathan Allard est l’un des cinq associés de cette toute nouvelle firme, Quotient, née le 1er août du rachat des actions de la filiale québécoise du géant américain Navigant.

« Le cabinet cumule 75 ans d’expériences », dit Jonathan Allard, et est maintenant propriété québécoise à 100%. L’associé estime que cela permet plus de flexibilité auprès de la clientèle.

« Lorsqu’on n’est qu’une filiale d’un grand groupe, la tendance est de se faire imposer certaines orientations par le siège social. Nous avons désormais plus de souplesse pour servir nos clients. Et nous nous concentrons sur notre expertise : la juricomptabilité.»

Richard Forand, associé chez Quotient
Richard Forand, associé chez Quotient
Cette spécialisation, qui va de la quantification de préjudices économiques aux services d’enquêtes sur des soupçons ou des allégations d’irrégularités ou de fraudes, en passant par l’évaluation d’entreprises, leur permet de se démarquer de la concurrence et de mieux servir leurs clients. Parmi eux : la Sûreté du Québec, l’Autorité des marchés financiers, Justice Canada, la Ville de Montréal, CGI ou Costco.

« Quotient est l’un des rares cabinets qui ne réalise pas de mandats de certification, dit Jonathan Allard. Cela minimise considérablement les situations de conflits d’intérêts potentiels qui peuvent toucher les grandes firmes d’audit.»

En collaboration avec les avocats

Michel Hébert, associé chez Quotient
Michel Hébert, associé chez Quotient
Quotient travaille bien souvent main dans la main avec des services policiers sur des enquêtes juricomptables. Et les avocats ne sont jamais bien loin.

«Tous les dossiers se font de concert avec les avocats, explique Jonathan Allard. Bien souvent, la première personne que contacte un client victime de fraude, ou de poursuites, est son avocat. Ce dernier fait appel à nous lorsqu’il se rend compte qu’il a besoin d’un expert financier. On l’accompagne tout au long du processus. On l’aide à préparer la requête pour quantifier le dédommagement, et on l’assiste à l’étape des interrogatoires. L’avocat va utiliser notre rapport d’expertise comme preuves. »

Paul Levine, associé chez Quotient
Paul Levine, associé chez Quotient
Les rôles entre les deux professionnels sont différents. « Le juricomptable agit comme expert indépendant. L’avocat défend son client. On est vraiment complémentaire. »

Dans les dossiers d’enquêtes, les faits priment, tandis qu’une certaine part de subjectivité entre en ligne de compte lors de litiges. « Par exemple, on doit se demander ce qui serait arrivé si la fraude n’avait pas eu lieu. Ça laisse place à l’interprétation.»

Être plus brillant que les fraudeurs

Alain Lajoie, associé chez Quotient
Alain Lajoie, associé chez Quotient
Depuis ses débuts dans la profession, il y a une dizaine d’années, le juricomptable, âgé de 35 ans, a vu les stratagèmes se complexifier, se raffiner. La criminalité à col blanc ne manque pas d’imagination ni de ressources. Un des associés de Jonathan Allard a travaillé sur l’affaire Mount Real, une histoire certes moins médiatisée que Norbourg mais autrement plus complexe.

Des hackers sont parfois nécessaires pour décrypter l’encodage, récupérer des fichiers effacés, ou extraire des courriels. « Après, notre travail d’analyse commence », dit Jonathan Allard.

L’idée, dit-il, « est d’être plus futé que les criminels pour arriver à les débusquer ».

Car comme le dit le slogan de Quotient, tout est dans l’intelligence des nombres.
7096

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires