Nouvelles

Sophia Rossi veut « livrer la marchandise »

Main image

Jean-francois Parent

2017-05-09 14:15:00

La candidate briguant la présidence du Jeune Barreau de Montréal mise sur la poursuite du travail déjà amorcé...

Sophia Rossi, avocate spécialisée en droit du travail chez Roy Bélanger Dupras
Sophia Rossi, avocate spécialisée en droit du travail chez Roy Bélanger Dupras
L’emploi, la formation, l’innovation, l’entreprenariat, les cotisations… mais surtout, une bonne dose de leadership: voilà le programme de Sophia Rossi, avocate spécialisée en droit du travail chez Roy Bélanger Dupras, cabinet où elle vient juste de commencer à pratiquer, après six mois chez Borden Ladner Gervais.

« Les administrateurs font de l’excellent travail, il y a plein de projets sur la table », lance Sophia Rossi. Celle qui a siégé au comité des Affaires publiques de l’AJBM a pu le voir de près depuis deux ans qu’elle occupe un poste au CA : les idées, les projets et les solutions abondent au sein de l’association.

La présidence qu’elle propose s’occupera notamment de baliser les projets et les activités afin qu’Ils soient cohérents avec la vision de l’association, en plus de s’assurer qu’ils soient « réalisables et réalistes en termes de coûts et qu’ils touchent un maximum de membres », écrit-elle dans son programme.

Ayant à se défendre de sa relative inexpérience—par rapport à son concurrent Louis-Paul Hétu, à l’AJBM depuis 5 ans—, elle insiste sur la qualité de son apport au JBM.

C’est elle qui a piloté la recherche et la prise de position de l’association sur la question des cotisations pour les jeunes avocats.

Elle a également représenté le JBM lors du dépôt du mémoire portant sur les délais en matière de justice criminelle, lors des audiences du comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles. « Les gens travaillent fort à réfléchir et à documenter des positions sur les grands enjeux de la profession, ils méritent une présidence qui pousse les dossiers ».

Soutenir les jeunes entrepreneurs

La clientèle du JBM étant issue des jeunes recrues du monde juridique, les dossiers qui les affectent sont évidemment une priorité pour Sophia Rossi.

« Nous savons qu’il y a plein d’entrepreneurs qui proposent des modèles d’affaires alternatifs », dit-elle, faisant référence à certaines initiatives comme Onregle.com et autres Petites-créances.ca.

Il est essentiel de recenser tout ce qui se fait en ce domaine afin de formuler les meilleures façons de soutenir de telles initiatives, poursuit Me Rossi. À cet égard, elle propose de prendre le pouls des initiatives et de l’innovation qui fourmille chez les jeunes avocats et tenter de créer davantage de synergies entre les entreprises, et les praticiens. « Si on pouvait avoir plus de réseautage, on pourrait certainement arriver à donner plus de visibilité aux entrepreneurs qui innovent », avec leur modèle d’affaires.

C’est là où son expérience peut jouer, croit-elle. « Comme avocate en droit du travail, j’ai une excellente connaissance des questions qui préoccupent la clientèle des jeunes entrepreneurs », dit celle qui jusqu’à récemment représentait la partie patronale, alors qu’elle était chez BLG.

Maintenant, chez Roy Bélanger Dupras, elle retrouve ses premiers amours et repasse du côté des employés et des syndicats. «Je connais—et j’ai constaté sur le terrain—l’importance d’une bonne représentation des membres », affirme la Montréalaise d’origine.

Pour être efficace, la « présidente doit connaître en profondeur les enjeux et les dossiers qui touchent les membres », et faire confiance au CA pour les mener de front.

Mieux gérer son cabinet… et réseauter

Autre cheval de bataille: une formation, pour le Barreau, qui soit « davantage axée sur l’aspect pratique et tient absolument compte de l’administration d’un cabinet. Que le jeune avocat soit à son compte, qu’il exerce en cabinet ou en contentieux, il doit être formé à comprendre l’administration d’une entreprise », plaide-t-elle.

Enfin, nouer encore plus de relations avec les autres professions est une condition essentielle à l’essor des jeunes praticiens.

« On a des cocktails, des 5 à 7, mais ça ne suffit pas. Il faudrait en faire plus en terme de développement des affaires », et permettre davantage de forums où les jeunes avocats et des clients potentiels et partenaires d'affaires entretiennent des « liens durables ».

C’est pourquoi elle propose que le JBM se dote d’une stratégie claire à ce sujet.
« J’ai prouvé depuis deux ans que je peux livrer la marchandise et je dispose de l’expertise nécessaire pour veiller et faire avancer les intérêts des membres. »

Pour lire ou relire l’entrevue avec l’autre candidat à la présidence du JBM, Louis-Paul Hétu, cliquez ici.


6187

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires