Entrevues

6 bénéfices du handball sur ma pratique

Main image

éric Martel

2019-05-29 14:45:00

Une athlète avocate utilise le sport pour exceller dans sa pratique! Voici les six bienfaits qu’elle en retire.

Me Nassima Benhacine, athlète avocate.
Me Nassima Benhacine, athlète avocate.
Les prochains Jeux panaméricains de Me Nassima Benhacine, criminaliste en solo, seront ses derniers.

Membre de l’équipe canadienne de handball, les séances d'entraînement s'accumulent, et sa motivation est sans égal. Question de quitter au sommet, l’athlète sait qu’il est idéal qu’elle se retire prochainement.

« Oui mes jambes sont mortes, mais c’est surtout difficile pour la vie personnelle et familiale. Quand on me demande «Quoi de neuf?», je n’ai pas grand chose à dire. Ma vie tourne autour de ça : le travail et le sport », relate-t-elle à Droit-Inc.

Lorsqu’elle sera retraitée du handball, la juriste réduira son nombre d’heures d'entraînement par semaine.

Reste que l’activité physique occupera toujours une grande place dans son quotidien, puisqu’elle planifie continuer à jouer au hockey cosom, puis à faire des entrainements de crossfit.

La criminaliste a expliqué comment le sport lui permet d’être une meilleure avocate.

Photo : Paul Chan
Photo : Paul Chan
Plus tu as de temps, plus tu en perds

C’est la devise de Me Benhacine.

À ses yeux, avoir un horaire chargé augmente son efficacité, lorsque le temps de compléter une tâche est venu.

« Le temps que j’ai, je le rentabilise. Je sais que je m’entraine à 17h et que je dois quitter le bureau à 15h30, donc je me fais une liste de choses que j’ai à faire, puis je les fais de manière assidue. Je ne peux pas étirer mes heures de travail : on m’attend dans un gym », raconte-t-elle.

Photo : Paul Chan
Photo : Paul Chan
Une meilleure collaboratrice

En tant que membre de l’équipe canadienne de volleyball, Me Benhacine doit apprendre à communiquer avec ses co-équipières, faire des sacrifices dans le but d’atteindre un objectif commun.

L’athlète constate que dans son métier, cet esprit de collaboration est tout aussi important, lorsqu’elle doit travailler avec ses clients ou négocier avec la Couronne.

« C’est ce que le sport m’amène. Je sais que ce ne sont pas que mes idées qui peuvent être mises de l’avant, que je n’aurai pas toujours entièrement ce que je veux », explique l’ancienne de l’Université de Sherbrooke.

Photo : Paul Chan
Photo : Paul Chan
L’humain derrière l’avocate

Me Benhacine l’avoue : depuis la parution d’un article de Droit-Inc à son sujet en 2015, elle est reconnue comme la sportive du milieu juridique québécois.

« Une fois, un juge a mentionné aux personnes présentes dans la salle de cour, sur enregistrement : « Savez-vous que vous avez devant vous une grande athlète?» »

Bien qu’elle ne souhaite pas être reconnue comme une athlète de calibre olympique, l’avocate avoue que le fait d’être associée en tant que sportive facilite ses contacts dans le milieu.

Naturellement, les autres juristes comprennent qu’un humain se cache derrière cette criminaliste.

Photo : Paul Chan
Photo : Paul Chan
Se détendre

Un processus de négociation stressant, un procès, un client qui « pète une coche »…

Ces sources de stress font partie du quotidien de l’avocate. Afin de s’assurer que celles-ci ne l’envahissent pas, elle se rend au gymnase, où elle pratique le crossfit.

« Au début de mon entraînement, je ne me rend pas compte des effets bénéfiques, mais lorsque c’est terminé, je réalise que je n’ai pas pensé à ma source de stress depuis très longtemps. Le sport, c’est un exutoire incroyable! »

Photo : Paul Chan
Photo : Paul Chan
Rester vive

Habituellement, lorsqu’elle entame sa journée de travail, Me Benhacine a déjà fait une séance d'entraînement.

« Je me sens en forme dès le début de la journée! Je n’ai pas besoin de café, je ne suis pas endormie. Même quand je ne suis pas la plus calée du monde sur un sujet de droit, ma force, c’est d’être toujours prête, toujours vive d’esprit. »

À cela s’ajoute sa routine santé qui lui permet de garder la forme : bien dormir et manger. Comme le disait Homère, « la santé, c’est un esprit sain dans un corps sain » !

Photo : Paul Chan
Photo : Paul Chan
La méditation pour aider la médiation

Dans le programme national de handball, l'entraînement mental est obligatoire. Chaque jour, les joueuses doivent faire des séances de méditation et de visualisation, question d’arriver fin prête sur le terrain de jeu.

Cet entraînement, l’athlète de 29 ans l’intègre dans sa pratique.

« Je médite couramment au bureau pour m'aider à gérer une situation stressante ou anxiogène, comme un dossier qui ne se déroule pas comme prévu, un conflit avec un client, un témoin qui ne se présente pas ou une plaidoirie importante. »

La handballeuse est convaincue que ces séances de méditation ont un grand impact sur le succès de son équipe… ainsi que sur son succès professionnel.




32137

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires