Leaders

Elle veut simplifier le droit!

Main image

Dominique Tardif

2019-07-31 14:15:00

Cette semaine, Dominique Tardif de ZSA s’entretient avec Me Nathalie Théberge, vice-présidente, affaires juridiques corporatives et secrétaire chez Innergex énergie renouvelable...

Dominique Tardif de ZSA s’entretient avec Me Nathalie Théberge.
Dominique Tardif de ZSA s’entretient avec Me Nathalie Théberge.
1. Pourquoi avez-vous, à l’origine, décidé d’être avocate plutôt que de choisir un autre métier ou encore une autre profession?

Je ne me dirigeais pas, au départ, vers le droit. En fait, je n’avais même pas songé à devenir avocate! Initialement, j’avais fait des demandes en psychoéducation, criminologie et enseignement préscolaire & primaire. Ayant choisi la criminologie, j’ai eu un cours de droit criminel qui m’a absolument passionnée pour le droit…et bien plus que le reste de mon programme! J’étais attirée par le raisonnement juridique, la rationalité, le fait d’appliquer des concepts à des faits, la règle de droit et l’argumentaire.

J’ai donc changé d’orientation, me suis inscrite en droit et, depuis, j’adore ce que je fais!

2. Quel est le plus grand défi professionnel auquel vous avez fait face au cours de votre carrière?

Mon plus grand défi professionnel, je l’ai vécu en 2018 chez Innergex. Nous avons connu une croissance importante : 7 acquisitions réalisées, y compris la plus importante de notre histoire, émission d’une débenture, plusieurs financements et réorganisations corporatives, implantation de la compagnie dans deux nouveaux pays, etc. Le nombre d’employés a presque doublé!

Le plus grand défi, dans tout cela, fut de savoir prendre du recul malgré le tourbillon dans lequel nous étions entraînés. Nous pouvons bien avoir le meilleur plan qui soit « sur papier », il faut aussi savoir tenir compte du facteur humain, demeurer souple et s’adapter. Il est nécessaire de prendre un temps d’arrêt en dépit de la frénésie pour planifier l’avenir, en se demandant ce que la croissance signifie pour la compagnie, les employés, les processus en place, l’équipe juridique, etc.

3. Si vous aviez une baguette magique, que changeriez-vous à la pratique du droit?

Si j’avais une baguette magique, je réduirais la longueur des documents juridiques de 75%! A vouloir prévoir l’exception de l’exception, l’exclusion de l’exclusion et la liste de tout ce qui est inclus dans une généralité, nous avons créé « des monstres » de documents. Nous nous retrouvons trop souvent avec des documents ne pouvant être déchiffrés que par des spécialistes. J’aimerais donc que nous nous appliquions à simplifier les choses, pour le bénéfice de tous.

4. La perception du public envers la profession et les avocats en général est-elle plus positive, égale ou moins positive qu’elle ne l’était lors de vos débuts en pratique?

Je pense que la perception du public est généralement assez positive. À mon avis, la profession est plus accessible qu’avant et la perception qu’en a le public s’en ressent positivement. Cela, c’est notamment grâce à des initiatives telles Éducaloi, qui nous permettent de diriger les gens vers des outils qui vulgarisent le droit de façon exceptionnelle.
J’ai aussi le sentiment que les gens s’intéressent à leurs droits et obligations, et qu’ils font davantage la part des choses entre un individu qui commet un acte répréhensible et le reste du groupe. Je crois qu’on discerne mieux et qu’il y a moins de généralisation qu’avant suite à ce qu’on peut lire dans les médias, ce qui est également positif.

5. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un débutant sa carrière et voulant, comme vous, gravir les échelons en entreprise?

Je crois qu’il faut apprendre à être flexible dans la conduite de sa carrière, qui n’a pas à être une « ligne droite » à suivre dès le début. Il y a parfois des « chemins croisés ». Il ne faut pas avoir peur de suivre son instinct et de faire des choix : cela peut parfois donner l’impression qu’on fait un pas de recul, mais ça ouvre aussi d’autres horizons.

Il est aussi important de rester authentique et ne pas pratiquer dans des milieux où l’on ne se sent pas bien.

Enfin, le réseau est important : il est nécessaire de créer des relations durables avec des gens auprès de qui on peut échanger et mieux réfléchir, sans penser que cela doive nécessairement nous aider à trouver un nouveau poste.

  • Le dernier bon livre qu’elle a lu : Shataram (auteur : Gregory David Roberts)


  • Le dernier bon film qu’elle a vu : Bohemian Rhapsody (réalisateur : Bryan Singer)


  • Sa chanson fétiche : Heroes (compositeurs : David Bowie et Brian Eno)


  • Son expression préférée? Le principe de « KISS » - Keep It Simple, Stupid, ou pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple!


  • Elle craque pour…un bon verre de scotch!


  • Elle aime casser la croûte chez… Marconi (avenue Mozart dans la petite Italie).


  • Elle aimerait visiter…le Bhoutan, seul pays avec un indice de « bonheur national brut (BNB) »!


  • Elle admire…Simone de Beauvoir, qui a eu beaucoup de courage pour faire avancer la condition de la femme comme elle l’a fait à l’époque.


  • Si elle n’était pas avocate, elle serait…active dans le milieu de la santé mentale des enfants et des adolescents, une cause qui lui tient beaucoup à coeur!


Me Théberge s’est jointe à l’équipe d’Innergex en 2010 à titre de Directrice – Affaires juridiques corporatives et Secrétaire corporatif. Elle a été nommée vice-présidente – Affaires juridiques corporatives et Secrétaire en 2015. À ce titre, elle travaille en étroite collaboration avec le conseil d’administration et l’équipe de direction à l’élaboration et la mise en œuvre des pratiques en matière de régie d’entreprise. De plus, elle pilote les dossiers de valeurs mobilières et de droit corporatif et supervise l’aspect juridique des dossiers de financement.

Avant de se joindre à Innergex, Me Théberge a acquis une solide expérience à titre de directrice des affaires juridiques et de conseiller juridique sénior au sein d’entreprises québécoises d’envergure telles que Cascades et Bombardier, ainsi qu’en tant qu’associée en pratique privée au sein d’un cabinet montréalais. Me Théberge détient un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal et est membre du Barreau du Québec depuis 1992. Avoir un impact positif sur sa communauté est également une priorité pour Me Théberge. Depuis 2016, elle siège au conseil d’administration de La Fondation les petits trésors, un organisme à but non lucratif consacré à la santé mentale des enfants et des adolescents, et est partenaire philanthropique de l’Hôpital Rivière-des-Prairies.

5000

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires