Nouvelles

Trompée par son mari, elle n'aura pas à partager son patrimoine familial

Main image

éric Martel

2019-11-28 14:30:00

Cas rare : une femme trompée par son ex-mari ne sera pas forcée de partager son patrimoine familial avec lui, après un divorce...

 Me Julie Tremblay. Photo : Site Web de Julie Tremblay
Me Julie Tremblay. Photo : Site Web de Julie Tremblay
Effectivement, au lieu de contribuer au patrimoine familial, le lovelace aurait gaspillé son argent dans des aventures extraconjugales, estime le tribunal. Ainsi, le juge Sébastien Vaillancourt de la Cour supérieure considère qu’il serait injuste de séparer le patrimoine familial en deux parts égales.

L’homme était représenté par Julie Tremblay et la femme, par Jean Bergeron, tous deux avocats en droit de la famille.

Aventures

Dans la décision signée le 18 novembre dernier, on apprend que l’homme avait six maîtresses et un amant. La femme a découvert que son mari avait ce qu’elle a appelé une « double vie » en consultant sa messagerie, laissée ouverte sur la tablette de la famille.

 Me Jean Bergeron. Photo : LinkedIn de Jean Bergeron
Me Jean Bergeron. Photo : LinkedIn de Jean Bergeron
Dans ses messages, l’homme invitait ses partenaires à le rejoindre dans des motels, en accumulant les propositions sexuelles. Son courriel était identifié d’une photo de lui, nu. L’adresse qui lui était associée était un dérivé d’Anakin Skywalker.

Ce n’est toutefois pas pour punir cet adultère que l’homme a été débouté, « puisque l’adultère ne permet pas, en soi, d’ordonner le partage inégal du patrimoine familial », même si cela est « répréhensible » indique le magistrat. Toutefois, le « caractère économique » de la conduite de l’individu justifie un « partage inégal. »

La décision « n’a donc rien à voir avec un jugement moral sur la conduite des conjoints durant leur mariage, leur humeur, leur ingratitude ou leur fidélité. »

Dépenses massives

En outre, l’ex-couple s’est séparé à moitié la valeur de la maison ainsi que de leurs biens. Par contre, la femme pourra conserver l’intégralité de son régime de retraite.

Pendant le mariage, les revenus de l’homme ont monté en flèche, passant de 8 000 à 156 000 dollars. Son ex-femme estime qu’il « rêvait de devenir millionnaire et cherchait toujours, en conséquence, à faire un coup d’argent ».

On apprend en lisant le jugement que l’homme obtenait des postes de haute direction, qu’il peinait à conserver. Il touchait toutefois de grasses indemnités de départ à chacun de ses licenciements.

Or, cet alter ego d’Anakin Skywalker n’aurait amassé que 27 000 dollars en REER entre 1998 et 2015, dépensant sa fortune en vins coûteux, gadgets électroniques et voitures sport. Désormais, l’individu recevra une pension alimentaire de 760 dollars par mois.

À la suite du divorce, la garde des enfants a été confiée à la mère, puisque le père s’en occupait peu.
10930

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires