Nouvelles

Décès de Dennis Edney, l’avocat persévérant d’Omar Khadr

Main image

Radio-canada Et Cbc

2024-01-05 10:15:34

Cet avocat avait défendu avec succès Omar Khadr devant la Cour suprême. Il s’est éteint.

L’avocat Dennis Edney est décédé le 30 décembre, à l’âge de 77 ans, a annoncé sa famille.

Il a passé les dernières années de sa carrière à défendre Omar Khadr, un jeune Canadien accusé de terrorisme en Afghanistan et emprisonné à Guantanamo pendant plus d’une décennie.

« Sa pratique juridique reflétait sa passion pour la justice et son esprit indomptable », peut-on lire dans l’avis de décès. « Tragiquement, la démence a pris la vie de cet homme exceptionnel. »

Dans les années 2000, Dennis Edney a commencé à défendre pro bono Omar Khadr, alors incarcéré dans la prison militaire américaine de Guantanamo, à Cuba. Omar Khadr avait été arrêté en Afghanistan en 2002, à l’âge de 15 ans, et accusé d’avoir tué un soldat américain.

Le combat de M. Khadr devant les tribunaux s’est étalé sur plus d’une décennie. Dennis Edney a plaidé trois fois pour lui devant la Cour suprême du Canada.

Au fil des ans, il a remporté trois victoires consécutives devant le plus haut tribunal du pays, au terme desquelles la Cour a notamment reconnu que ses droits fondamentaux avaient été bafoués.

Omar Khadr a finalement été libéré sous caution en 2015. Dennis Edney l’a accueilli chez lui, avec sa femme Patricia, pour les premiers mois de sa vie en liberté. En entrevue à 24•60 en 2016, l’avocat affirmait que sa femme et lui étaient « devenus des parents, des amis, des superviseurs » pour Omar Khadr.

Selon Alex Neve, qui a dirigé le pendant anglophone d’Amnistie internationale Canada pendant l’affaire Khadr, « Dennis était un bagarreur, prêt à se battre pour les droits et la justice ». Il salue son courage et sa persévérance.

« Il a décidé de représenter Omar Khadr très tôt, alors qu'il n'y avait pas beaucoup de sympathie envers son cas », se rappelle-t-il.

Alex Neve souligne également que la situation d’Omar Khadr a permis de rappeler au grand public et au système de justice que les droits de la personne étaient applicables en toutes circonstances.

Dennis Edney a travaillé au dossier d'Omar Khadr avec l’avocat Nathan Whitling, depuis devenu juge à la Cour du Banc du Roi de l’Alberta. Par écrit, il affirme que « Dennis était un grand avocat et un ami. Au cours de toutes mes années de carrière juridique, je n'ai jamais rencontré un avocat plus dévoué envers ses clients. »

L’organisation Avocats sans frontières Canada salue également sa ténacité. Le conseiller juridique de l’organisation, Moussa Bienvenu Haba, affirme que « cette saga a laissé un impact indélébile au Canada sur la manière dont nous faisons les choses. Et on le doit à Me Dennis Edney. »

Pour lui, « l’élément clé » à retenir de l’affaire Omar Khadr est qu’il faut « s’assurer que, si des personnes sont jugées, leurs droits sont respectés ».

En entretien à l’émission Second regard en 2016, il avouait, face à l'ampleur des procédures, avoir considéré au fil des ans l’idée d’arrêter de défendre Omar Khadr.

« Bien sûr que j’ai eu envie d’abandonner [...] mais parfois vous faites face à quelque chose de si injuste que vous ne pouvez pas abandonner », confiait-il.

Il réfléchissait également déjà à son impact sur l’état des droits de la personne au Canada. « J’espère que, quand sera venu le temps de partir, j’aurai contribué à rendre la société meilleure », affirmait-il à l’époque.

418

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires