Frank McIntyre, professeur en finance et économie à l'Université Rutgers
Frank McIntyre, professeur en finance et économie à l'Université Rutgers
Endettement, chômage, baisse de salaire et délusion ne sont que quelques arguments évoqués pour appuyer leur thèse.

Toutefois, généraliser cette affirmation à l'ensemble des professionnels serait une erreur, selon Michael Simjkovic, professeur associé en droit à l'Université Seton Hall et Frank McIntyre, professeur en finance et économie à l'Université Rutgers, dont les propos sont rapportés dans l’ABA Journal.

Bien qu'ils ne remettent pas en question les arguments évoqués ci-haut, s'en tenir uniquement à ces faits ne témoigne pas véritablement de la réalité.

Une récession implique, entre autres choses, inévitablement une hausse du taux de chômage. Les finissants en droit n'échappent pas à cette logique. Pourtant, malgré cette baisse, ces travailleurs conservent leur longueur d'avance comparativement aux étudiants qui se sont contentés d'un baccalauréat.

Un million?

La valeur d'un diplôme en droit se chiffre en moyenne à un million de dollars
La valeur d'un diplôme en droit se chiffre en moyenne à un million de dollars
Après avoir calculé les opportunités et les coûts financiers, les deux professeurs estiment que la valeur d'un diplôme en droit se chiffre en moyenne à un million de dollars.

Ainsi, un finissant en droit fera un million de plus que ses collègues au courant de sa vie. Plus spécifiquement, la valeur médiane se chiffre à 610 000 de dollars. Le 25ème rang centile équivaut à 350 000$ et le 75ème à 1,1 million.

Afin de se faire une image claire de la valeur d'un diplôme en droit, Simjkovic stipule qu'il est préférable de comparer les salaires touchés tout au long d'une carrière plutôt qu'au tout début. En effet, selon ce dernier, les premières années sur le marché du travail sont rarement représentatives de l'ensemble d'une carrière.

Comme mentionné plus haut, les avantages d'un diplôme en droit ne sont pas reconnus par tout le monde. C'est le cas, notamment, de Brian Tamanaha, professeur en droit à l'Université de Washington. Selon ce dernier, ce diplôme est particulièrement avantageux pour les finissants des écoles dites "prestigieuses." L'institution aurait donc un rôle majeur à jouer dans l'avenir des avocats.