Le recrutement juridique est un marché qui peut être très lucratif. La plupart des chasseurs de têtes possède les qualifications requises, certes.

Aucun recruteur ne possède l'exclusivité sur un marché
Aucun recruteur ne possède l'exclusivité sur un marché
Pourtant, certains d'entre eux n’hésitent pas à tourner les coins ronds. Le recruteur juridique américain et auteur David Parnell (In-House: A Lawyer's Guide to Getting a Corporate Legal Position) livre ici les cinq mensonges les plus répandus.

1 - "Je jouis d’une position exclusive sur le marché "

À priori, cette déclaration est fausse. En effet, aucun recruteur ne possède l'exclusivité sur un marché, sauf lorsqu’un cabinet ou une entreprise cherche à recruter un candidat hyper spécialisé. Puisque la position est difficile à combler, les recruteurs affirment connaître des candidats exceptionnellement qualifiés et obtiennent ainsi, mais rarement, l’exclusivité.

2 - "Je me spécialise tout particulièrement dans votre secteur"

En déclarant travailler tout particulièrement dans votre domaine de pratique, le chasseur de têtes tente de démontrer qu'il est à la hauteur de relever le défi. Malheureusement, peu de gens peuvent se permettre de se concentrer uniquement sur un secteur.

3 - "Je suis en mesure de vous obtenir une entrevue, mais j'aimerais avoir accès à votre CV en premier"

Vous avez avantage à indiquer clairement, dès le début, les firmes qui peuvent avoir accès à votre résumé.
Vous avez avantage à indiquer clairement, dès le début, les firmes qui peuvent avoir accès à votre résumé.
En proclamant pouvoir obtenir une entrevue, le chasseur de tête tente d'installer entre vous et lui un terrain de confiance. Soyez vigilant, il est fort probable qu'aucune entrevue ne soit véritablement à l'ordre du jour. Vous avez donc tout avantage à indiquer clairement, dès le début, les firmes qui peuvent avoir accès à votre résumé.

4 - "J'ai placé un nombre impressionnant d’avocats cette année... Plus de 37 "

Cette déclaration a deux objectifs:

A) Tout d'abord, de vous faire sentir extrêmement privilégié d'avoir accès à ses services en raison de sa grande popularité.

B) Par la suite, ce nombre permet de prouver la qualification de ce chasseur de têtes.

Toutefois, il est plutôt rare qu'un recruteur trouve 20 personnes par année. Le chiffre se trouve plutôt entre 8 et 12.

C’est un peu comme les relations amoureuses, où des facteurs tels que la compatibilité, le temps, et les qualités humaines entrent en ligne de compte: trouver le bon employé pour le bon cabinet demande de la persévérance.

5 - "J'ai des contacts dans plusieurs firmes renommées"

Bien que cette déclaration puisse être vraie, elle ne représente en rien un avantage pour vous. En effet, avoir des relations avec des bureaux d'avocats n’implique pas nécessaire un recrutement. Bien souvent, un chasseur de têtes qui déclare cela a peu à offrir.

L'objectif de cet article n'est pas de vous rendre paranoïaques, mais bien de vous inciter à vous montrer plus vigilants. Une erreur peut être si vite commise!