C'est à la fin juillet que Me Nancy Leggett-Bachand est entrée en fonction en tant que directrice générale chez Pro Bono Québec.

Le temps de faire un état des lieux, et de rencontrer les différentes parties prenantes explique-t-elle à Droit-inc.

Membre du Barreau depuis 1992, elle succède à Michèle Moreau, partie pour la présidence de l'Institut canadien de la justice. Cette dernière est aussi la présidente de l'Association du Barreau Canadien section Québec.

Expérience en gestion

Nancy Leggett-Bachand est entrée en fonction en tant que directrice générale chez Pro Bono Québec à la fin juillet
Nancy Leggett-Bachand est entrée en fonction en tant que directrice générale chez Pro Bono Québec à la fin juillet
Si elle a exercé deux ans en cabinet privé dans le domaine des assurances au début de sa pratique, Me Leggett-Bachand a passé la plus grande partie de sa carrière à la tête de différents organismes sans but lucratif.

"Je préférais faire un travail plus orienté vers la gestion", dit-elle.

L'avocate est d'ailleurs diplômée en gestion et communication de l'École des Hautes Études Commerciales.

Elle a ainsi été pendant plus de dix ans la directrice générale d'Hebdos Québec, une association de journaux locaux et régionaux, et a aussi dirigé Mise sur toi, un organisme dédié à la prévention du jeu, créé et financé par Loto Québec. Elle préside également le conseil d'administration de la Fondation pour l'Alphabétisation.

"Les fonctions de directrice générale me permettent de marier mes trois centres d'intérêts: le droit, la gestion et la communication", explique-t-elle.

Selon Me Legett-Bachand, être membre du Barreau est un avantage important pour remplir les différentes tâches afférentes à ce poste.

"On est souvent amené à faire des représentations en commissions parlementaires pour commenter des projets de loi, ou à interpréter et exécuter des contrats", souligne la nouvelle directrice.

Contribution sociale

À 43 ans, elle souhaitait rester dans le milieu juridique mais apporter une contribution plus sociale à la communauté. "Au cours des derniers mois, je me suis demandée ce que je voulais laisser à la fin de ma route", explique-t-elle.

Quand elle a eu vent de l'offre chez Pro Bono, elle n'a pas hésité. "C'est une belle cause, très noble, même si l'organisme n'est pas encore assez connu".

L'un de ses mandats sera d'ailleurs d'assurer le rayonnement de l'organisme et de propager la culture du Pro Bono dans la communauté juridique.

"On veut devenir l'organisme repère en matière de pro bono", indique l'avocate.

Le financement reste également un des enjeux majeurs pour assurer le développement des actions entreprises.

Le site votreboussolejuridique.ca vient d'être lancé, et a pour objectif de devenir le 411 de tous les services juridiques communautaires, explique Me Leggett-Bachand. De plus, un nouveau programme visant à aider les personnes qui souhaitent créer un organisme sans but lucratif verra aussi bientôt le jour.

Au-delà des objectifs professionnels, l'avocate, qui s'estime privilégiée d'avoir reçu une telle éducation, s'est aussi donnée un but personnel: " Je veux sensibiliser les gens à rendre ce qu'on a reçu ", conclut-elle.