Le juge en chef Rolland a par ailleurs remercié le juge André Denis pour son travail dans ce dossier. Le fait que le juge Denis se soit retiré de la gestion des procédures reflète l'approche de tous les juges coordonnateurs de ne pas retarder la gestion des dossiers en raison d'autres dossiers.

"La durée de certains procès et les incidents qui en marquent le déroulement ne sont pas toujours prévisibles. C'est pourquoi je compte sur les juges gestionnaires pour favoriser le déroulement efficace des procédures et de la mise en état des dossiers".

Le juge en chef a noté qu'en raison de la complexité de ses autres dossiers, notamment l'affaire Munyaneza, le juge Denis n'aurait pas pu continuer à maintenir une gestion efficace dans l'affaire Cinar.

Par contre, le juge Jean-Yves Lalonde pourra s'assurer d'un déroulement ordonné et ponctuel sans pour autant retarder l'ensemble des procédures et l'audition de la cause.