Me Marie-Philippe Bouchard prend les rênes de TV5!
Me Marie-Philippe Bouchard prend les rênes de TV5!
Lorsque Me Marie-Philippe Bouchard décroche son téléphone, c’est sa dernière journée à Radio Canada où elle a travaillé pendant presque trois décennies. Elle y range ses derniers dossiers.

« Mon départ se passe très bien, c’est un départ chaleureux après 28 ans de travail ici. Il y a beaucoup d’amitié qui m’entoure », déclare celle qui a occupé les six dernières années le poste de directrice générale de la planification stratégique, puis du service Musique et Services numériques.

C’est le 8 février prochain qu’elle prendra les rênes de TV5, à titre de présidente-directrice générale, où elle sera responsable de tous les aspects de la gestion des chaînes TV5 et Unis TV ainsi que de la filiale Épilogue Services Techniques Inc.

Un regard à 360 degrés

Comme l’indique le communiqué officiel, ses principales responsabilités seront la planification stratégique, le développement et le maintien de relations harmonieuses avec les institutions gouvernementales ainsi qu'avec les différents partenaires de l'industrie et de la francophonie.

S’occuper des relations avec les distributeurs, les fournisseurs, les aspects juridiques de la vie de l’entreprise seront aussi au coeur de ses préoccupations, explique-t-elle à Droit-inc.

« C’est un rôle différent, un rôle de PDG avec un autre regard, plus 360 degrés. On n’est pas à l’intérieur d’une équipe de direction mais on l’anime, dit Me Bouchard qui a été approchée pour le poste en raison de son ample expérience à Radio Canada. Je vais être responsable de la vie de l’entreprise ainsi que de sa performance et gestion devant le CA. »

Selon la Barreau 1986, TV5 et Radio Canada sont des « entreprises-soeurs», unies par une même volonté « d’action » et de « politique publique », une chose qu’elle trouve « satisfaisante. »

Le défi du numérique

Son arrivée à Radio Canada remonte à septembre 1987. Me Bouchard y a fait son entrée comme première conseillère juridique, un poste qu’elle occupera pendant onze ans avant de faire le saut vers davantage de gestion et de planification stratégique.

Les vingt années suivantes, elle multiplie les expériences, au sein de divers services. Elle touche à tout : les communications et relations publiques, le droit des médias incluant le droit d’auteur, le journalisme, la programmation, les partenariats, la négociation et les médias numériques.

Pendant 25 ans, l’avocate se spécialise dans le domaine des médias jusqu’à son dernier poste où elle dirige les stratégies numériques et musicales des Services français de Radio-Canada. Un travail qui consiste à être responsable de la stratégie et des opérations de la chaîne radiophonique nationale ICI Musique, du site d'écoute et de découverte icimusique.ca et du site et des applications ici.radio-canada.ca.

Elle y aura été également responsable du développement web et mobile pour toutes les propriétés numériques de Radio-Canada. « Les défis sont grands, alors que les médias sont appelés à se réinventer pour tenter de saisir toutes les opportunités qu'offrent les technologies numériques », a-t-elle d’ailleurs déclaré à la suite de sa nomination.

Être juriste : une valeur et un atout

Même si elle ne pratique plus comme avocate, Me Bouchard tient à rester membre du Barreau.

« Je suis membre d’une communauté, cela me permet de rester en contact avec le Barreau et les avocats qui travaillent dans le même domaine que moi mais aussi avec le développement de la pensée et des connaissances sur le sujet », dit celle qui possède une maîtrise en droit public de l'Université de Montréal et qui a siégé au sein du conseil d'administration de TV5 QuébecCanada de 2010 à 2012.

Être juriste a également une valeur et un atout devant un CA. « Comme dans toutes les entreprises réglementées, c’est certain qu’avoir une connaissance fine des enjeux de droit, réglementaire ou de propriété intellectuelle, est utile, notamment dans un contexte où les entreprises de radio diffusion migrent vers les plateformes numériques. »

Une migration, conclut-elle, qui complexifie les rapports juridiques entre les différents acteurs de la chaîne de production, des artistes aux diffuseurs et distributeurs.