Mes Karim Renno, Michael Vathilakis et Joey Zukran
Mes Karim Renno, Michael Vathilakis et Joey Zukran
Pour piloter ce recours, un trio choc: Mes Karim Renno, notre Jeune super plaideur, et Michael Vathilakis, fondateurs de Renno Vathilakis, s’allient à Me Joey Zukran, de LPC Avocat.

Le représentant du groupe des demandeurs, Nick Boutonis, allègue que des fabricants automobiles allemands ont conclu un arrangement ayant pour effet de fixer les prix de composantes de véhicules. Ce faisant, la concurrence serait fortement restreinte en matière de marques Volkswagen, Porsche, Audi, Daimler, Mercedes-Benz et BMW. M. Boutonis exige donc compensation pour les dommages subis.

Plus précisément, sont poursuivis Volkswagen Group Canada, Volkswagen Group of America, Volkswagen AG, Daimler AG, Daimler Trucks Canada, Daimler Trucks North America, BMW Canada, BMW of North America, BMW Manufacturing et enfin Bayerische Motoren Werke AG.

Sont concernées toutes les personnes, entités ou sociétés au Canada qui ont acheté ou loué un ou plusieurs véhicules des marques susmentionnées. Subsidiairement, on limite le recours aux résidents du Québec.


Un précédent en Europe

Les allégations selon lesquelles les défendeurs se sont regroupés en cartel se basent sur une investigation menée par l’Union européenne concernant une possible collusion des géants allemands de l’automobile. Des révélations partielles auraient d’ailleurs été faites au cours de cette enquête d’envergure.

Action collective contre le « cartel automobile allemand »
Action collective contre le « cartel automobile allemand »
Le recours se base donc à la fois sur la Loi sur la concurrence et ses articles 45 et 46, en plus de la responsabilité civile et à l’obligation de bonne foi, prévues aux articles 6, 7 et 1457 du Code civil du Québec.

Le montant réclamé équivaut donc aux revenus réalisés par les membres du « cartel » par la portion gonflée de leurs prix.

Le recours devra d’abord être autorisé par la Cour, avant d’être éventuellement entendu sur le fond.