Danielle et Jade Montpetit. Crédit photo : Delphine Jung
Danielle et Jade Montpetit. Crédit photo : Delphine Jung
Né dans un petit bureau de la rue Saint-Hubert à Montréal, Montpetit occupe désormais un vaste espace en plein centre-ville. L’année qui vient de s’écouler ouvre la voie vers une nouvelle ère pour l’entreprise de recrutement spécialisé en juridique.

Aujourd’hui, si Danielle Montpetit, fondatrice de l’entreprise, garde les rênes du navire, elle a choisi de déléguer de plus en plus et parle maintenant de « l’équipe et Danielle Montpetit ». Il est terminé, dit-elle, le temps où l’on parlait de « Danielle Montpetit et l’équipe ».

Pour la dirigeante qui a fondé sa compagnie il y a 35 ans, jour pour jour, la nuance est importante, car elle laisse augurer la relève.

« Le tournant a eu lieu en 2017. Notre chiffre d’affaires a augmenté de 68%, nous avons engagé sept ou huit nouvelles personnes et on a déménagé du 1200 rue McGill au 1100 boulevard René Lévesque. J’ai l’impression que nous avons récolté ce que nous avons semé », résume la dirigeante, que nous rencontrons dans ces nouveaux bureaux. De nouveaux murs pourraient y tomber bientôt afin d’accueillir une flopée de nouveaux employés.

À Montréal, ils sont une vingtaine, dont un seul homme… « C’est difficile d’en trouver en ressources humaines », concède la cheffe d’entreprise.

Tous -et surtout toutes- sont dédiés à la recherche de la perle rare pour satisfaire les employeurs, ou du patron en or, pour les candidats.

Une entremetteuse de talents

Formatrice en informatique, Danielle Montpetit a décidé de lancer sa petite entreprise en constatant les besoins des cabinets. « J’y entendais des avocats qui cherchaient des secrétaires juridiques et des secrétaires juridiques en fin de contrat qui cherchaient un nouveau patron », se souvient-elle.

De fil en aiguille, Danielle Montpetit est devenue entremetteuse. Jusqu’à décider d’en faire un business. « C’était quelque chose, pour une Lavalloise, de partir lancer son entreprise à Montréal », dit Mme Montpetit avec le sourire.

Au fil des ans, les demandes de ses clients ont évolué. Pour y répondre, Montpetit a commencé à se diversifier. « Notre créneau « personnel de soutien » s’est ainsi développé il y a 18 ans », dit-elle. Il ne s’agissait plus seulement de trouver la secrétaire, mais bien de trouver l’ensemble des professionnels qui travaillent dans un cabinet, et bien sûr des avocats. Ça ne s’est pas arrêté là. « Nous avons même ouvert nos services à d’autres pans d’activités non juridiques, comme l’immobilier ou la finance », explique Mme Montpetit.

L’entreprise a parfois aussi la délicate tâche d’assurer une relève pour un cabinet, après le départ à la retraite du fondateur. « D’un côté, on a des jeunes très qualifiés et de l’autre, des seniors qui ne trouvent pas cette relève rêvée pour assurer la survie de leur cabinet. Il y a un fossé générationnel évident. Il faut arrimer les attentes des uns et des autres. »

Montpetit doit aussi s’assurer que le client employeur, comme le client candidat, soit satisfait. « Les deux sont importants. Pour le premier nous voulons le conseiller pour lui donner une valeur ajoutée et pour le deuxième, notre objectif est toujours de l’aider à dépasser son objectif professionnel. Il ne s’agit pas juste placer quelqu’un à un endroit. »

C’est cette vision, pense-t-elle, qui fait qu'une grande partie de ses clients est avec Montpetit depuis plus de 30 ans. Sa grande fierté.


Croire en l’équipe

Pour Danielle Montpetit, cette réussite tient aussi dans son choix d’aller au devant des demandes de ses clients. « J’ai toujours essayé d’être novatrice sur le marché et jusqu’à maintenant, ça a fonctionné », dit-elle en soulignant le fait qu’elle connaisse parfaitement le milieu des affaires québécois.

Pour arriver à un tel succès, Danielle Montpetit a décidé, comme elle a toujours fait, de croire dans son équipe. « Sans eux et leur loyauté, Montpetit ne serait pas l’entreprise qu’elle est devenue. Aujourd’hui, mon expérience s’est transmise aux gens de l’équipe. Ce sont eux qui sont en avant-plan et moi, je suis là pour les conseiller et partager mes expériences. Ma force, c’est ma vision, et de bien reconnaître le potentiel de mes employés », dit-elle.

Parmi eux, Jade Montpetit, la fille de Danielle. « Comme mon autre fille, elle a accepté de grandir entourée de leur troisième sœur, cette entreprise », explique Mme Montpetit. « Jade est la relève. Elle touche un peu à tout », ajoute-t-elle.

La jeune femme a pour mission de bien comprendre les valeurs qui entourent l’entreprise familiale, et surtout pérenniser celles que sa mère a développées au fil de sa carrière.

Depuis deux ans, le marché de Toronto est en développement. La cheffe d’entreprise entend bien développer son secteur d’activités dans la Ville-Reine. « Nous avons également un projet d’agrandissement supplémentaire à Québec », précise-t-elle.

Mais l’ambition de Mme Montpetit ne s’arrête pas au sol canadien. « Dans trois ans, j’aimerais me rendre outre-mer. Ce serait le projet ultime. Il n’y a pas de fin à s’agrandir ! » lance-t-elle sur un ton énigmatique …