Le producteur Gilbert Rozon
Le producteur Gilbert Rozon
Le juge Donald Bisson de la Cour supérieure du Québec autorise le recours collectif intenté contre le producteur Gilbert Rozon par le groupe de présumées victimes Les Courageuses, représenté par la comédienne Patricia Tulasne.

Dans une décision d’une quarantaine de pages rendue mardi, le magistrat rejette les nombreux arguments qu’avait avancés le fondateur et ex-grand patron du Groupe Juste pour rire pour rejeter l’action collective.

Le recours couvrira « « toutes les personnes agressées et/ou harcelées sexuellement par Gilbert Rozon », précise le juge Bisson.

« Dans le passé, le véhicule procédural de l’action collective a démontré son efficacité dans les dossiers d’agressions sexuelles, puisqu’il a permis à des centaines de victimes d’avoir accès à la justice au Québec », conclut-il.

Dans sa requête déposée l’automne dernier, le groupe Les Courageuses affirme que M. Rozon a abusé sexuellement d’au moins une vingtaine de femmes, tout en jugeant que ce nombre ne serait que « la pointe de l’iceberg ».

Dans sa décision, le juge Bisson autorise Mme Tulasne à réclamer 200 000 dollars en dommage-intérêts moraux et 200 000 dollars en dommage-intérêts pécuniaires pour « perte de productivité et capacité de gains », en plus des intérêts.

La comédienne Patricia Tulasne
La comédienne Patricia Tulasne
Les autres membres du groupe pourraient pour leur part recevoir une somme « à être déterminée selon des paramètres tenant compte de la nature des gestes posés et des dommages et séquelles subis ».

Les Courageuses ont aussi le feu vert pour réclamer collectivement 10 millions de dollars à M. Rozon à titre de dommages-intérêts punitifs.

Le juge Bisson annonce par ailleurs que les membres du groupe pourront utiliser des pseudonymes pour s’identifier lors des procédures.

À part Mme Tulasne, on ne connaît pas l’identité des membres du collectif.

Mes Bernard Larocque, Jonathan Lacoste-Jobin, Raymond Doray et Myriam Brixi, du cabinet Lavery, qui représentent Gilbert Rozon. Ils n'ont pas souhaité exprimer de commentaire.

Les Courageuses de leur côté sont défendues par Mes Robert Kugler, Pierre Boivin et Olivera Pajani du cabinet Kugler Kandestin, ainsi que par Bruce Johnston et Gabrielle Gagné du cabinet Trudel Johnston Lespérance.