39,8 milliards de dollars, c’est donc ce qu’a perdu l'an dernier la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui vient tout juste de dévoiler ses résultats financiers après des mois se « suspense ».

L’institution a vu l’an dernier ses actifs perdre 25% de leur valeur. Les grandes caisses de retraite canadiennes ont perdu en moyenne 18,4%, selon l'indice Banque Royale/Dexia.

La Caisse figure ainsi au quatrième et dernier rang quartile des caisses de retraite. Sur trois ans, le rendement de la Caisse est de -3,2%, ce qui place l'institution au 4e rang quartile des caisses de retraite. Sur cinq ans, il est de 3,1%, ce qui laisse l'institution au troisième rang quartile.

Comme performance, on a déjà vu mieux.

Si la Caisse a connu une année plus difficile que ses pairs, c'est surtout parce qu'elle a investi massivement dans le papier commercial adossé à des actifs (PCAA), soutient le quotidien La Presse.

La Caisse détient 12,6 milliards de papier commercial, soit le tiers du PCAA au Canada.

Toujours selon La Presse, le gouvernement Charest fera bientôt le ménage au sein du conseil d'administration de la Caisse. Le mandat de plusieurs membres, dont celui du président du conseil Pierre Brunet, est échu.

Plus tôt cette semaine, un ancien responsable des relations publiques de la Caisse mentionnait en entrevue que les employés actuellement étaient très nerveux, plusieurs craignant de perdre leur job. Avec de tels résultats, on les comprend d’être quelque peu anxieux.

Petite question en passant : si jamais on décidait de « restructurer », le département juridique de la Caisse sera-t-il touché?