Ces créanciers, qui détiennent en tout pour 800 millions US de titres de dette de la papetière insolvable, disent craindre que les garanties de leurs titres, qui reposent sur des actifs d'AbitibiBowater au Québec et en Ontario, soient compromises par les avantages requis par la société d'État investissement Québec, la mandataire du gouvernement québécois dans ce dossier.

«Ce qu'on en sait pour le moment, c'est que ces conditions pourraient brimer les droits d'investisseurs en billets financiers d'AbitibiBowater qui reposent sur des privilèges de premier niveau sur des actifs comme des usines et des centrales hydroélectriques de l'entreprise» a commenté l'avocat Marc Duchesne, de BLG, qui représente un groupe de détenteurs de 400 millions en billets financiers.

Pour lire la suite de l’article de La Presse, cliquez ici.