Pascal Boudreault était représenté par Me Olivier Théorêt. Photos : Facebook et LinkedIn
Pascal Boudreault était représenté par Me Olivier Théorêt. Photos : Facebook et LinkedIn
Un homme de 41 ans qui a tenu des propos intimidants envers une juge de la Cour supérieure a été jugé non criminellement responsable de ses actes, vendredi, au palais de justice de Chicoutimi.

Pascal Boudreault a d’abord défilé devant la juge en question le 2 décembre dernier pour débattre de la garde de ses enfants, rapporte Le Quotidien. Agité lors de l’audience, les constables spéciaux avaient dû intervenir pour l’intimer à se calmer.

En sortant du palais de justice, Boudreault a publié sur sa page Facebook où il disait que la juge n’avait rien à craindre au palais de justice, mais que c’était une autre histoire en ville, qu’il considérait comme son territoire à lui.

Quelqu’un qui a vu la vidéo a contacté les autorités, puis Boudreault a été arrêté le 5 décembre puis accusé de menace et d’intimidation.

Toutefois, cela ne l’a pas arrêté. Le lendemain, il publie deux autres vidéos où il s’adresse à la juge, disant ne pas être violent, mais voulant l’utiliser pour s’attaquer au système judiciaire. Il invitait la juge à le rencontrer dans un « endroit neutre et sécuritaire ».

Il a de nouveau été arrêté et était détenu jusqu’à vendredi, où il a plaidé coupable d’avoir fait des menaces et de l’intimidation envers la juge.

Cependant, un rapport psychiatrique réalisé pour la Cour a démontré que Boudreault souffrait de bipolarité avec manies psychotiques, touchant ses capacités de jugement. Le psychiatre a estimé qu’il devait être tenu non criminellement responsable de ses gestes, suggestion que la juge Sonia Rouleau a entérinée.

Le quadragénaire devra toutefois demeurer à l’hôpital de Chicoutimi 24 heures sur 24 et prendre une médication pour régler ses troubles mentaux. Il refuse toutefois de s’y conformer.

Pascal Boudreault était défendu par Me Olivier Théorêt.