Le juge en chef, John Roberts. Photo : Wikipédia
Le juge en chef, John Roberts. Photo : Wikipédia
Nommé à ce poste par l’administration républicaine de George W. Bush, le juge en chef John Roberts se dit au dessus des considérations partisanes. Pour Roberts, qui se voit comme un arbitre, affirme que « les arbitres ne font pas les règles, ils les appliquent », tel que le rapporte l’Agence France-Presse.

Au cours de ses 15 années, le juge en chef a voté autant à la faveur des conservateurs contre le mariage homosexuel et pour restreindre le droit à l’avortement par exemple, mais il a aussi voté pour des mesures plus progressistes comme ce fut le cas en 2012 avec la loi sur l’assurance maladie universelle du président démocrate Barack Obama.

Ce dernier vote lui a valu une sortie du président Donald Trump qui a qualifié le juge en chef Roberts de « désastre absolu ». Le juge Roberts n’a jamais répliqué à la critique du président, qui a par ailleurs prêté serment devant ce même juge lors de son investiture en janvier 2017.

La dernière critique de Trump a eu lieu en 2018 quand John Roberts a recadré les propos du président qui accusait un magistrat d’être partisan. M. Trump qui se dit régulièrement victime d’une « machination démocrate ».

L’assermentation des 100 sénateurs qui sont chargés de juger le procès de destitution du président Donald Trump aura lieu à la fin de cette semaine. Le juge en chef aura pour tâche de diriger les débats, lire les questions des sénateurs, ou encore, il pourrait avoir à autoriser l’audition de témoins ou l’admission de preuves.