Mes Audrey Amzallag et Marc Labelle, et Sonia Lebel. Photos : CBC et site Web de la CAQ
Mes Audrey Amzallag et Marc Labelle, et Sonia Lebel. Photos : CBC et site Web de la CAQ
Me Audrey Amzallag ne mâche pas ses mots. L’avocate criminaliste, barreau 2003, n’a pas hésité à déplorer le non-respect des directives de la santé publique, au palais de justice de Montréal.

« Rien n’a changé. Les poignées de porte ne sont pas désinfectées alors que, depuis ce matin (lundi), il y a eu une centaine de va-et-vient dans la salle (d’audience) », a-t-elle affirmé, selon Le Journal de Montréal.

Le ministère de la Justice a annoncé vendredi dernier la fermeture partielle des palais de Justice. Or, hier encore, à Montréal, quelques salles d’audience étaient bondées d’avocats et d’accusés.

La plupart d’entre eux ne respectaient pas les mesures de distanciation sociale privilégiée par le gouvernement, d’après Le Journal de Montréal.

L’avocat Me Marc Labelle, en colère, a d’ailleurs imploré au juge qui présidait le procès de son client de mettre un terme à cette situation.

« Ce n’est pas raisonnable, on devrait s’en aller d’ici! », a-t-il déclaré, inquiet.

Face à cette situation, comme la rapporté Droit-inc, la ministre de la Justice Sonia Lebel a décrété un huis clos pour tous les tribunaux du Québec. Le public n’est plus admis dans les palais de justice.

« Nous avons pris la décision de limiter l’accès aux salles d’audience et aux palais de justice autant que possible afin de réduire la propagation de la COVID-19. Ces mesures sont exceptionnelles, et visent à assurer le maintien des services essentiels de justice afin de préserver les droits de tous les citoyens », a indiqué la ministre.