Me Andreas Stegmann. Photo : LinkedIn.
Me Andreas Stegmann. Photo : LinkedIn.
Selon la demande introductive d’instance déposée au palais de justice de Montréal le 30 juin dernier, Lucia Filippone, 56 ans, souffre encore beaucoup de ce bête accident survenu il y a trois ans.

La dame affirme avoir trébuché sur un objet «négligemment laissé sur le sol» au magasin Costco d’Anjou, le 9 juillet 2017. Elle aurait ensuite fait «une chute violente, tombant sur son côté droit et se tordant le genou».

L’objet en question est un «morceau de plastique très dur» qui servait à tenir ensemble des boîtes de bananes, et qui «n’aurait jamais dû se retrouver sur le sol», selon l’avocat de la demanderesse, Me Andreas Stegmann, joint par Droit-inc.

La dame qui travaille comme préposée aux bénéficiaires aurait par la suite été immobilisée pendant plusieurs jours «sur son sofa», sans pouvoir travailler. Elle aurait subi une déchirure du ménisque, ce qui aurait mené à une opération en janvier 2019. Par la suite, elle affirme avoir été en arrêt de travail pendant cinq mois.

Elle prétend avoir toujours de la douleur et de l’inflammation dans son genou, ce qui l’empêche de marcher normalement et la limite dans son travail.

«Sa qualité de vie s’est détériorée depuis l’automne, son fonctionnement est sérieusement compromis», peut-on lire dans la requête. Incapable de faire de l’exercice, elle aurait en outre pris du poids – 35 livres, selon la demande. Ces douleurs et souffrances morales auraient «aggravé son état de dépression».

Me Stegmann précise que Mme Filippone marchait régulièrement avant l’accident, et qu’elle ne peut plus le faire.

Elle réclame donc 163 000$ à Costco Canada, le calcul se détaillant comme suit: 10 000$ pour incapacité totale temporaire, 20 000$ pour incapacité partielle temporaire, 60 000$ pour incapacité partielle permanente, 40 000$ pour douleurs et souffrances morales, 30 000$ pour perte d’appréciation de la vie et 3000$ pour des frais d’expertise médico-légales.

Me Stegmann est assez confiant de remporter cette cause (si les deux parties n’arrivent pas à s’entendre avant).

«C’est une question de combien», ajoute-t-il, en précisant avoir tenté de négocier avec Costco, sans succès.

L’avocat qui travaille à son compte cite d’ailleurs une cause semblable, dont le jugement est survenu en février dernier. Costco a dû verser 155 000$ à une dame qui avait glissé sur le plancher mouillé d’un de ses magasins et s’était blessée à l’épaule.

Costco Canada n’a pas souhaité commenter la situation.