Hugo Girard. Source : Site Web de Groupe BMR
Hugo Girard. Source : Site Web de Groupe BMR
L’animateur Hugo Girard a-t-il commis une faute?

L’ « homme fort » du Québec a été jugé à son insu par la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ). L’organisme lui reproche d’avoir participé à un « combat concerté » en septembre 2019, rapporte le Journal de Montréal.

M. Girard s’était battu à cette occasion contre l’ancien combattant d’arts martiaux mixtes Patrick Côté. Le combat, qui s’est tenu dans le cadre d’un gala de boxe, visait à récolter des fonds pour le Défi sportif AlterGo.

Il s’agit, selon la Régie, d’un acte criminel... les « combats arrangés » devant être encadrés par un organisme reconnu.

Le hic?

Hugo Girard n’a pas eu la chance de se défendre. La Régie l’a jugé à son insu, lors d’une audience qui portait sur la présence de motards à l’événement, selon le Journal.

« Si j’avais su que j’étais accusé d’avoir commis un acte criminel, j’aurais eu l’opportunité de me faire entendre à cet effet (...) Dans tous les cas, je suis placé devant le fait accompli des agissements du volet administratif et du contentieux de la RACJ », a affirmé M. Girard dans une déclaration assermentée, d’après le Journal de Montréal.

L’ « homme fort » a été informé de la décision de la RACJ en juillet dernier seulement. Il estime que cette décision, en plus d’enfreindre ces droits constitutionnels, pourrait nuire à sa réputation.

« Cela porte atteinte à ma réputation et à mon image, en plus de violer mes garanties constitutionnelles quant au droit d’être entendu et au processus judiciaire qui en découle », ajoute-t-il selon le Journal.

Joint par Droit-inc, Groupe BMR n’a pas donné suite à notre demande de renseignements.