Photos : Instagram
Photos : Instagram
« Je suis née deux ans après le premier Ghostbusters, approximativement 547 mois après Ralph Lauren, 6 mois avant Karlie Kloss et la Barbie Louboutin est apparue 23 ans après moi »… Voici comment se présente Me Laure-Alice Bouvier, jeune avocate pétillante.

Inscrite au Barreau de Paris, elle a ouvert son propre cabinet en 2016. Depuis, elle est un aimant à caméras. Encore plus depuis qu'elle a défendu un groupe de 8 personnes cyber-harcelées par un youtubeur, ainsi que par toute sa communauté de fans.

Elle-même en a fait les frais. Menaces, diffamations, injures… Elle a reçu, comme ses clients, des milliers de messages. Des vidéos circulent encore où on la voit dans la rue, se faire alpaguer par le fameux youtubeur incriminé.

Finalement, le 21 septembre, le youtubeur dénommé Marvel Fitness a écopé d'un an de prison ferme avec mandat de dépôt (ce qui signifie que l'homme a directement été envoyé en prison à la sortie du tribunal), un an avec sursis, 10 000 euros d'amende et trois ans d'interdiction de s'exprimer sur les réseaux sociaux. Ses fans eux, ont toujours le porte-voix que sont Instagram, Facebook et autres.

La décision n'en reste pas moins historique en France, selon la jeune avocate qui est engagée dans plusieurs affaires sensibles : une femme dont le conjoint a tué leur enfant de trois mois, ou encore une victime d'agressions sexuelles de la part de son grand-père.

Photos : Instagram
Photos : Instagram
Née dans un milieu de juristes, Laure-Alice assure que ses parents ne l'ont jamais poussée à poursuivre une carrière juridique. « Après le bac (équivalent du DEC, NDLR), je ne savais pas trop quoi faire, je suis tombée dans le droit un peu par hasard car je n'avais pas vraiment la vocation. J'ai fait un choix de raison: je savais que le droit pouvait mener à beaucoup de choses », raconte-t-elle.

La Parisienne, après avoir intégré l'une des universités française les plus prestigieuse, pousse plus loin et fait même un doctorat. « J'ai découvert une rigueur, une méthode de travail qui permet de s'adapter en toutes circonstances », explique Laure-Alice.

La thèse, c'est parce qu'elle adore écrire. Au moins autant qu'elle aime ses Louboutin qu'elle quitte rarement si on en croit ses photos Instagram. C'est au même moment d'ailleurs, qu'elle lance son blog. « Quand j'en avais un peu marre d'écrire sur le Conseil d'État, j'écrivais sur la mode, l'économie de la mode, le fitness... », se souvient-elle.

Conseils fitness

On y trouve son avis sur les dernières tendances et des conseils fitness… Car Laure-Alice rappelle qu'elle totalise «en moyenne 15h de fitness en une semaine, toujours avant 10h du matin». Pas question donc, d'oublier cette partie de sa vie.

Les mauvaises langues diront que ces thèmes sont superficiels? « Pas du tout! Il y a des aspects sociologiques à prendre en compte. La mode peut se mêler à des problématiques qui ne sont pas futiles : la politique, l'économie et même la physique », assure-t-elle.

Photos : Instagram
Photos : Instagram
Aujourd'hui, son blog a été délaissé au profit de son compte Instagram. La belle brune y poste des ego-portraits, dévoile ses tenues chics, son quotidien d'avocate, mais fait aussi des live sur le droit et répond aux questions de ses 143 000 abonnés. « C'est clairement sur Instagram que je trouve la plus grosse partie de mes clients, c'est ma vitrine professionnelle », dit-elle.

Laure-Alice tient une chaîne YouTube sur laquelle là aussi, elle répond à des questions de droit : « Bagage perdu ou abandonné: quels sont mes droits? », « J'ai mangé un truc pas frais, est-ce que je peux attaquer le restaurateur? » ou encore « Troubles du voisinage, faut-il casser la gueule de son voyage? ». Oui, le droit n'est pas forcément ennuyant et surtout parce qu'au final, les problématiques juridiques touchent le quotidien des gens, croit la Parisienne.

« Avec de la créativité, on peut rendre le droit intéressant », soutient Laure-Alice. À ses côtés lors de son entretien avec Droit-inc, son mari a aussi rappelé que sa femme a encore d'autres cordes à son arc. « C'est une geek! Elle adore jouer à des jeux vidéos où il faut tuer des zombies », lance-t-il en décrochant un sourire franc à sa compagne. Elle enchaîne : « j'aime croiser les disciplines ».

Oui, Laure-Alice aime être sous le feu des projecteurs, «parler en public». C'est d'ailleurs pour ça qu'elle aime plaider. « C'est un art, la parole! L'art oratoire, c'est quelque chose de magnifique. J'aime manier les mots, arriver à convaincre avec les mots, exprimer les émotions de mes clients avec ma voix. »

Sa niche est en tout cas toute trouvée : des influenceuses qui démocratisent le droit, il n'y en a pas tant que ça!