Steven Barrett, Dave McNairn, Warren (Smokey) Thomas, Tony Loparco et Scott Travers font partie des signataires. Photos : Sites web de Goldblatt Partners, de Hicks LeMoine Law, d'OPSEU, de Radio-Canada et de la Society of United Professionals
Steven Barrett, Dave McNairn, Warren (Smokey) Thomas, Tony Loparco et Scott Travers font partie des signataires. Photos : Sites web de Goldblatt Partners, de Hicks LeMoine Law, d'OPSEU, de Radio-Canada et de la Society of United Professionals
Inquiet de la recrudescence des cas de COVID-19 dans la province, le milieu de la justice de l’Ontario désire voir cesser toutes les audiences en personne au profit d’audiences à distance.

C’est ce que révèle une lettre ouverte envoyée mercredi au gouvernement de l’Ontario et signée par des avocats, juges et hauts dirigeants d’associations de juristes ontariennes. Parmi les signataires se trouvent notamment les présidents de l’Association des juges, de l'Association des juges de paix, et de l’Association des procureurs de la Couronne de l'Ontario.

Tous soutiennent que les audiences à distance ont fait leurs preuves et permettent un accès à la justice tout en protégeant la santé du public.

« Il y a eu 117 cas positifs à la COVID-19 au ministère du Procureur général, dont plus de 100 dans les tribunaux, plaide Tony Loparco, président de l’Association des procureurs de la Couronne de l'Ontario. Encore plus important, plus de la moitié des cas positifs dans les cours ont été déclarés depuis décembre. »

Les juristes réclament que le gouvernement Ford agisse en fermant physiquement les tribunaux, en mentionnant que le premier ministre Doug Ford a lui-même qualifié la pandémie d’ « hors de contrôle ».