Cette semaine, Droit-inc est tombé sur

Un avocat montre sa carte de pot médicinal dans sa vidéo

Les anecdotes concernant les avocats floridiens font légion, et cette semaine, on en a (évidemment) une nouvelle!

Dans une vidéo devenue virale sur les médias sociaux, un avocat d’Orlando se trompe entre sa carte d’identité et sa carte de marijuana médicinale.


Source : YouTube/FOX 35 Orlando.

Me John Morgan faisait une vidéo en direct lors de laquelle il affirmait qu’il a bel et bien un permis de conduire. Il a tenu à le montrer en preuve à ses spectateurs, mais a malencontreusement mis la main sur sa carte lui permettant de se procurer de la marijuana médicinale. C’est cette carte qu’il a montrée dans la vidéo.

« Attendez une minute, c’est ma carte de marijuana médicinale! » s’est exclamé l’avocat.

Peut-être avait-il l’esprit un peu trop enfumé ce jour-là…

Une avocate paie un homme pour se débarrasser de la blonde de son mari

Me Jennifer Emmi. Photo : Paris Match.
Me Jennifer Emmi. Photo : Paris Match.
Me Jennifer Emmi a été arrêtée au Colorado pour avoir embauché un tueur à gages pour assassiner la nouvelle petite amie de son mari, avec qui elle est en instance de divorce, rapporte Paris Match. C’est le tueur à gages qui l’a finalement dénoncée.

Six mois d’enquête des policiers ont mené à l’accusation de l’avocate tout en mettant en lumière des réunions secrètes, du chantage et des tentatives d'extorsion. Selon l’avocat de Me Emmi, elle était en colère lorsqu’elle a appris qu’ « après avoir sacrifié son corps pour avoir trois magnifiques enfants, son mari l’a littéralement échangée contre une fille beaucoup plus jeune ».

Sur l’ordinateur de l’avocate spécialisée en droit des animaux, les enquêteurs ont trouvé des preuves démontrant qu’elle a recherché comment réussir un meurtre. Elle prévoyait payait le tueur à gages, un jeune homme de 28 ans, entre 50 000 et 100 000 $US.

L’avocat de la défense de Trump se plante dans son plaidoyer

Me Bruce Castor. Photo : BBC.
Me Bruce Castor. Photo : BBC.
L’avocat dans le procès de Donald Trump au sénat s’est couvert de ridicule cette semaine. Son plaidoyer décousu ne comportait pas un seul élément juridique, se sont étonné les avocats et sénateurs présents.

Me Bruce Castor a d’abord dénoncé les violences des événements tragiques du Capitole le 6 janvier dernier. Mais plutôt que de se lancer dans des arguments juridiques par la suite, il s’est mis à parler longuement du sénat. L’avocat a notamment couvert d’éloges le sénateur décédé en 1969 Everett Dirksen, et a qualifié les sénateurs présents de patriotes. Il s’est ensuite étendu sur le rôle des sénateurs dans la Rome et la Grèce antique.

Au final, aucun argument propre à aider la cause de Donald Trump n’a fusé de son discours décousu. « C’était peut-être le pire plaidoyer que j’ai jamais entendu de la part d’un avocat », s’est amusé Me Norm Eisen, un avocat des démocrates.

Me Castor aurait eu intérêt à se faire les dents avant le procès…

Un juge égratigne une voiture avec sa clé

Un juge de l'État de New York a plaidé coupable d’avoir rayé la carrosserie de la voiture d’un conseiller municipal de la ville de Watson, rapporte Abovethelaw.com.

Le juge Gregory Burker se serait emporté contre le conseiller qui lui avait refusé une assurance maladie. Le juge a alors égratigné la voiture du conseiller dans le stationnement à l’aide de ses clés.

Le juge a dû laisser tomber la magistrature pour que les accusations soient retirées. Nommé en 1999, son présent mandat devait se terminer en 2023. Il a en outre promis ne jamais poser sa candidature à un autre poste de juge.

Un avocat pris avec une arme d'assaut

Un avocat de la Pennsylvanie a été accusé de menacer la vie des membres démocrates du sénat, rapporte le journal de l’Association du Barreau américain. Le 21 janvier dernier, l’avocat a été arrêté en possession d’un fusil AR-15.

Me Kenelm L. Shirk III, 71 ans, était sur le chemin de la ville de Washington lors de son arrestation dans une station-service. Outre son arme d’assaut AR-15, l’avocat avait en sa possession deux armes de poing, une grande quantité de munitions, de la corde, des gants… et 50 petites croix de plastique dans sa mallette. Il fait face à des accusations de menace terroriste.