Des gens participant à des réunions sur les plateformes de vidéoconférence comme Zoom peuvent avoir leurs écrans détournés par des personnes malveillantes. Photo : ISTOCKPHOTO
Des gens participant à des réunions sur les plateformes de vidéoconférence comme Zoom peuvent avoir leurs écrans détournés par des personnes malveillantes. Photo : ISTOCKPHOTO
« Je dois vous arrêter parce que, sur mon écran, sont apparues des références sexuelles et une croix gammée », a coupé le juge Thomas Bielby pendant la plaidoirie de l'avocat de la défense.

L’incident s'est reproduit à plusieurs reprises en dépit des efforts du personnel du tribunal pour y mettre fin.

Le procès concernait la police de Waterloo et l'ancienne policière Kelly Donovan. Cette dernière a accusé son ancien employeur de ne pas avoir respecté une entente de démission en contestant sa demande de prestations auprès de la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (WSIB).

Kelly Donovan s’est déjà exprimée dans les médias nationaux sur des questions concernant la police. Elle a envoyé le lien Zoom de son audience par courriel et les détails de connexion aux médias locaux, et l'a aussi publié sur sa page Twitter publique.

Sans regret

L'ex-policière a confié à CBC avoir partagé le lien Zoom de l’audience pour tenir le public informé.

Elle reconnaît que des participants à cet appel étaient « injurieux et offensants ». « Tout le monde, poursuit-elle, devrait être autorisé à assister à une procédure judiciaire ouverte au public et ensuite vous gérez le comportement à l’instant où il se produit. »

Selon elle, l'audience aurait été la cible de piratage informatique parce qu'il s'agissait d'une affaire impliquant la police.

Un porte-parole du ministère du Procureur général a déclaré que les plateformes de visioconférence utilisées pour les audiences à distance sont destinées à assurer l'accès à la justice, mais qu'elles présentent leurs propres défis.

Le ministère examinera les mécanismes de sécurité avec le personnel du tribunal afin de s'assurer que les futures procédures ne soient pas interrompues par du matériel offensant.

La Police régionale de Peel a lancé une enquête sur l’incident.

Avec les informations de Paula Duhatschek de CBC