Une jeune pousse californienne a développé une technologie capable d’évaluer
Jacqueline Schafer, la fondatrice de Clearbrief. Photo : LinkedIn
Jacqueline Schafer, la fondatrice de Clearbrief. Photo : LinkedIn
comment une phrase est étayée par des preuves, en se basant sur l’intelligence artificielle, le tout intégré à sa technologie d’analyse du langage.

Clearbrief vient d’ailleurs de conclure une levée de fonds de 1,2 million $ US, qui lui permettra de développer son équipe et d’envisager une diversification vers l’industrie de l’assurance, mentionne Marseille News:

Clearbrief entend ainsi permettre aux avocats de se libérer de la partie fastidieuse du travail de relecture de leurs écrits, mais aussi de ceux de leurs concurrents. La jeune entreprise vise aussi le marché des juges, qui peuvent trouver, sur le même document, un mémoire et l’ensemble des preuves qui lui sont liées.

C’est une ancienne avocate, Jacqueline Schafer, qui a fondé Clearbrief. Ancienne procureur général adjoint à Washington et en Alaska, elle s’est basée sur ses observations quant au manque d’efficacité administrative dans le monde juridique.
La levée de fonds de Clearbrief survient alors que la pandémie stimule les activités de la compagnie Les audiences à distance et les procédures virtuelles nécessitent davantage de solutions numériques pour optimiser la rédaction juridique, avance la firme.

La levée de fonds a attiré des investisseurs issus du monde de la technologie et de l’univers juridique, comme Bill Neukom, l’ancien directeur juridique de Microsoft, l’avocat et auteur Byran Garner et l'investisseur Avid Larizadeh Duggan. Jacqueline Schafer a elle-même souscrit à la levée de fonds.