Le juge Charles A. LeBlond de la Cour d’appel du Nouveau-Brunswick. Source : Radio-Canada
Le juge Charles A. LeBlond de la Cour d’appel du Nouveau-Brunswick. Source : Radio-Canada
Deux femmes de Lamèque, dans la Péninsule acadienne, intentent une poursuite de 13 millions $ contre le juge Charles A. LeBlond de la Cour d’appel du Nouveau-Brunswick et l’avocate et ancienne juge, Jocelyne Moreau-Bérubé.

Selon la plainte déposée à la Cour du banc de la Reine, Rita et Corinne Noël reprochent à Me LeBlond et Me Moreau-Bérubé d'avoir été négligents et de les avoir mal représentés dans un litige familial qui a commencé en 2013.

Charles A. LeBlond, nommé juge en juin 2019, était avocat au moment des faits. Jocelyne Moreau-Bérubé a été juge dans les années 1990.

La Cour d'appel du Nouveau-Brunswick a indiqué vendredi que le juge Charles A. LeBlond « n’a aucune connaissance d’une plainte à son encontre », et « qu'il ne serait pas, de toute façon, en mesure de commenter une affaire devant les tribunaux ».

Radio-Canada n’a pas été en mesure de joindre Jocelyne Moreau-Bérubé pour avoir ses commentaires.

Un litige familial

Toute cette histoire commence en 2013 à la mort de Raymond Noël, un pêcheur de crabe.

L’héritage et le testament provoquent une scission dans la famille. Le litige dure six ans et implique au moins six avocats. Au cœur du conflit, se trouve le legs du permis de pêche au crabe et le bateau, le Régine Diane, qui appartenaient à Raymond Noël.

En juin 2019, les membres de la famille signent une entente.

Quelques mois plus tard, à l'automne, Rita Noël, la veuve du pêcheur, et Corinne Noël, sa fille, disent réaliser que l’entente n’était finalement pas ce qu’elles croyaient être.

Le permis de pêche et le bateau de Raymond Noël sont au centre d'un litige familial. Source : Radio-Canada
Le permis de pêche et le bateau de Raymond Noël sont au centre d'un litige familial. Source : Radio-Canada
Selon le document déposé en cour du Banc de la reine par Jacques Gauthier, leur nouvel avocat, Charles A. LeBlond et Jocelyne Moreau-Bérubé auraient ignoré plusieurs faits et arguments qui les auraient aidés dans leurs causes contre le reste de leur famille.

Elles affirment aussi que leurs avocats leur avaient dit que l’entente de juin 2019 pouvait encore être modifiée, ce qui n’est finalement pas le cas.

Les deux résidentes de Lamèque poursuivent donc leurs anciens avocats pour négligence.

« En plus de perdre tout son héritage venant de son époux Raymond Noël, Dame Rita Noël s’est vue dépossédée de tous ses avoirs qui ont été distribués, de façon arbitraire… », peut-on lire par exemple dans le document.

Rita et Corinne Noël demandent 13 millions de dollars à Charles A. LeBlond et Jocelyne Moreau-Bérubé, soit la valeur de l’héritage de Raymond Noël ainsi que des dédommagements.