Me Jean Charest. Source: Archives
Me Jean Charest. Source: Archives
Me Jean Charest, ex-premier ministre libéral du Québec et associé chez McCarthy Tétrault, a pointé la responsabilité de Donald Trump pour avoir mis le feu aux poudres avec la Chine.

Dans un échange public à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), Jean Charest a affirmé que les États-Unis prennent le crédit d’éteindre l’incendie diplomatique avec la Chine, alors que ce sont eux-mêmes qui l’ont allumé, rapporte Le Journal de Montréal.

Il y a deux ans, Jean Charest avait critiqué le président américain Donald Trump pour avoir fait un lien entre l’arrestation de Meng Wanzhou, haute dirigeante de Huawei, et l’issue de la guerre commerciale avec la Chine.

L’ancien premier ministre a qualifié de « kidnapping politique » l’arrestation de Michael Spavor et de Michael Kovrig, libérés dès après le retour de Meng Wanzhou en Chine.

Il a mentionné que le Canada est désormais en situation de guerre froide avec la Chine et que cela pourrait durer cinq ans.

Il a appelé à traiter la Chine comme la superpuissance qu’elle est devenue, afin de gérer efficacement les relations entre le Canada et la deuxième économie mondiale.

Jean Charest a précisé qu’ils comptent plusieurs clients chinois dans sa pratique d’avocat chez McCarthy Tétrault.