Durant cette période, le géant informatique a licencié 5% de son personnel du département juridique. Avant les coupes, Microsoft avait un budget de 900 millions de dollars US et 1050 employés dans ce département, incluant 450 avocats, rapporte Legal Week.

De plus, en réponse à la récession, Microsoft a demandé à ses cabinets d’avocats externes de diminuer leurs honoraires de 10%. L’entreprise veut aussi s’éloigner du modèle à tarification horaire, a indiqué à Legal week le patron des affaires juridiques, Brad Smith.

La firme de Redmond a établi cette année une liste de ses dix cabinets préférés; elle en comptait 16 l’an dernier. Parmi les cabinets "gagnants", Cadwalader Wickersham & Taft; Covington & Burling; Orrick Herrington & Sutcliffe; Sidley Austin; et Weil Gotshal & Manges. Ceux qui en sont exclus, Arnold & Porter; K&L Gates; et Sullivan & Cromwell, rapporte Legal Week.

Les entreprises québécoises suivront-elles l’exemple?