Me Joey Zukran. Sources: LinkedIn et sites web de Audi et Volkswagen
Me Joey Zukran. Sources: LinkedIn et sites web de Audi et Volkswagen
Une demande d’autorisation d’action collective est déposée devant la Cour supérieure contre Audi Canada et Volkswagen Group Canada, relativement à des défaillances du système airbag passager de certains modèles.

Le 10 septembre 2020, la demanderesse, identifiée comme Karine, a conclu une entente de location d'une Audi A3 2020 « flambant neuve », précise la requête, auprès de Audi Prestige Gabriel Ouest, pour une période de 48 mois, au prix de 537,25 $ par mois.

« La requérante a décidé de louer cette Audi A3 parce qu'elle recherchait un véhicule sécuritaire, fabriqué par un manufacturier réputé et dans les limites de son budget », indique la demande. « Au moment de conclure son bail, la requérante avait l'impression qu'elle louait un véhicule exempt de tout problème de production/sécurité, ainsi que de tout défaut de conception et/ou de fabrication - et parce qu'elle pensait qu'elle louait un véhicule sûr. »

Mais en février 2021, le véhicule émet des alertes sonores, et le voyant d'alerte des airbags s’allume, pointe la demande d’action collective. Dès le mois suivant, Karine informe Audi Prestige Gabriel Ouest du problème d’airbag passager. Écoutant les conseils de l’entreprise, la demanderesse conduit son véhicule sans passager avant.

La requérante est représentée par Me Joey Zukran.

En mai 2021, Karine reçoit une lettre de rappel d’Audi Canada qui indique que l’airbag pourrait être désactivé « même si le siège est occupé ».. Toutefois, la réparation n’était pas disponible, et ne l’était toujours pas sept mois après le rappel, précise la requête.

La demanderesse en conclut que la lettre d’Audi est « trompeuse parce qu'Audi déclare que le but de la lettre « est de vous informer que votre véhicule peut contenir un défaut qui pourrait affecter la sécurité d'une personne », alors que la réalité est que le véhicule de la requérante contient, en fait, un défaut de sécurité, comme tous les véhicules défectueux. »

En attendant la réparation, Audi suggère dans sa lettre de rappel que toutes les personnes qui utilisent le véhicule devraient avoir lu le manuel du propriétaire. « La requérante n'aurait jamais loué ce véhicule si elle avait su que chacun de ses passagers serait tenu de lire un manuel de 400 pages comme condition préalable à l'utilisation de son véhicule en tant que passager », relève la requête.

Depuis la réception de la lettre de rappel, la demanderesse dit avoir téléphoné à plusieurs reprises à Audi Canada, sans obtenir satisfaction.

« Les violations d'Audi sont intentionnelles, malveillantes, vexatoires et dangereuses, affirme la demande d’action collective. Audi aurait pu offrir au requérant (et aux membres du groupe) un véhicule de remplacement de valeur similaire jusqu'à ce que les réparations de sécurité soient effectuées, mais elle a choisi de ne pas le faire (une fois de plus, afin de faire plus d’argent). »

La demanderesse réclame des dommages-intérêts punitifs d’un montant de 5 000$ par membre du groupe.

Le groupe désigne toutes les personnes dont le véhicule Audi a fait l’objet d’un rappel en raison de la défectuosité du système de détection de l'occupant du siège, parmi les véhicules suivants: Audi A3 modèles 2016 à 2020, Audi A3 E-Tron modèles 2016 à 2018, Audi RS3 modèles 2018 à 2020, Audi S3 modèles 2016 à 2020.

Selon les données de Transports Canada, 18 204 de ces véhicules ont fait l’objet d’un rappel.