La juge Catherine Pilon. Source: Archives
La juge Catherine Pilon. Source: Archives
Les criminalistes ne chôment pas.

Et ils ne sont pas les seuls. C’est aussi le cas des juges.

Semaine après semaine, ce tandem contribue au roulement du système de justice québécois.

Droit-inc vous présente quelques histoires de criminalistes, histoire de souligner leur travail et de vous donner un aperçu de quelques dossiers en cours devant les tribunaux.

15 000 $ pour un coup de coude au visage

La juge Catherine Pilon, qui siège à la Chambre civile de la Cour du Québec à Montréal, a condamné Ryan Dussault à verser 15 000 $ à Anthony Pirocacos, dans un jugement rendu aux petites créances.

M. Dussault a donné un coup de coude au visage de M. Pirocacos lors d’un match de hockey-balle ayant eu lieu en 2015. Ce violent coup s’est traduit par une fracture sévère de la mâchoire ainsi qu’une commotion cérébrale.

« Il ne s’agit pas d’un risque inhérent à la pratique du hockey-balle, le défendeur a eu le temps de voir arriver (l’adversaire), son geste ne pouvait être accidentel », indique la magistrate dans son jugement selon le Journal de Montréal.

À noter que l’incident est survenu dans le cadre d’une ligue amateur de hockey-ball. Dans son jugement, la magistrate a souligné le « caractère fautif et téméraire » du geste de Ryan Dussault.

« (Dussault) a témoigné qu’il ne voulait pas blesser (Pirocacos) et qu’il regrettait qu’il ait subi une blessure de cette ampleur, dit la juge. Le tribunal le croit sur cet aspect, mais cela n’enlève pas le caractère fautif et téméraire de son geste », toujours selon le Journal.

M. Dussault a été condamné à remettre 15 000 $ à M. Pirocacos, soit le maximum autorisé aux petites créances.

Mes Victoria Nix et Jeffrey Boro. Source: Site web de Boro Group
Mes Victoria Nix et Jeffrey Boro. Source: Site web de Boro Group
Acquitté d’un homicide

La juge Flavia Longo, de la Cour du Québec, a acquitté Victorio Reno Pereira de l’accusation d’homicide involontaire qui pesait contre lui, mercredi dernier au palais de justice de Montréal.

Le ministère public reprochait à M. Pereira d’avoir tué accidentellement Juan Hernandez Cortez au Cinéma L’Amour, mythique cinéma porno de Montréal.

« Alors que la plupart des hommes qui entouraient (M. Pereira et sa femme, NDLR) étaient respectueux, M. Cortez semblait agir comme un mâle alpha avec ses parties génitales exhibées », rapporte par exemple le Journal de Montréal.

M. Cortez a effectué une chute mortelle après avoir reçu un coup de poing de M. Pereira. La magistrate a conclu que l’accusé a agi en légitime défense pour se protéger de M. Cortez, « l’instigateur » de l’altercation.

Dans le cadre de ce litige, M. Pereira était représenté par Mes Victoria Nix et Jeffrey Boro.

« Au final, c’est une aventure sexuelle qui a tourné en tragédie, où une vie précieuse a été perdue en raison d’un seul coup de poing », a déclaré la magistrate en acquittant l’accusé, selon le Journal.